M. de Groote a représenté la Belgique au FMI et à la Banque mondiale pendant plus de 20 ans (1973-1994). Au cours de cette période, il "a joué un rôle important en faveur des privatisations", notamment en Tchécoslovaquie, selon Eric Toussaint, le président du CADTM. A la fin de son mandat, "il a profité du rôle joué préalablement pour la gestion directe de ses affaires". Le procès relatif aux malversations liées à la privatisation de la société minière tchèque MUS, qui s'est ouvert lundi, s'inscrit dans ce contexte, ajoute M. Toussaint. Les jugements rendus entre 2004 et 2006 par la District Court of Columbia dans un dossier civil semble accréditer cette version. L'affaire oppose M. de Groote à la société de conseil Alain Aboudaram au sujet d'une dette non remboursée par l'ancien administrateur belge. Bien que celui-ci soit finalement sorti vainqueur du litige, le texte du jugement établit clairement qu'il a monnayé son influence. Il a notamment aidé, en faveur de la société de conseil Alain Aboudaram, une société tchèque à obtenir un contrat pour un oléoduc en Inde via la Banque mondiale. "Sans doute grâce à ses contacts, de Groote a obtenu une copie de l'étude de la Banque mondiale sur la question, a exploré le statut du projet, a déterminé combien d'argent avait été alloué, a identifié les concurrents potentiels de (la société tchèque) SkodaExport et a introduit M. Aboudaram auprès de l'officiel de la Banque mondiale en charge du projet", selon le jugement. (Belga)

M. de Groote a représenté la Belgique au FMI et à la Banque mondiale pendant plus de 20 ans (1973-1994). Au cours de cette période, il "a joué un rôle important en faveur des privatisations", notamment en Tchécoslovaquie, selon Eric Toussaint, le président du CADTM. A la fin de son mandat, "il a profité du rôle joué préalablement pour la gestion directe de ses affaires". Le procès relatif aux malversations liées à la privatisation de la société minière tchèque MUS, qui s'est ouvert lundi, s'inscrit dans ce contexte, ajoute M. Toussaint. Les jugements rendus entre 2004 et 2006 par la District Court of Columbia dans un dossier civil semble accréditer cette version. L'affaire oppose M. de Groote à la société de conseil Alain Aboudaram au sujet d'une dette non remboursée par l'ancien administrateur belge. Bien que celui-ci soit finalement sorti vainqueur du litige, le texte du jugement établit clairement qu'il a monnayé son influence. Il a notamment aidé, en faveur de la société de conseil Alain Aboudaram, une société tchèque à obtenir un contrat pour un oléoduc en Inde via la Banque mondiale. "Sans doute grâce à ses contacts, de Groote a obtenu une copie de l'étude de la Banque mondiale sur la question, a exploré le statut du projet, a déterminé combien d'argent avait été alloué, a identifié les concurrents potentiels de (la société tchèque) SkodaExport et a introduit M. Aboudaram auprès de l'officiel de la Banque mondiale en charge du projet", selon le jugement. (Belga)