Dans une lettre publiée par l'agence de presse hongroise MTI, le dirigeant hongrois a remercié le patron de La Ligue du travail accompli pendant 14 mois au gouvernement, "non seulement pour l'Italie, mais aussi pour l'Europe".

Viktor Orban et Matteo Salvini se sont rencontrés à plusieurs reprises au cours des derniers mois, ne tarissant pas d'éloges l'un sur l'autre. Ils avaient notamment discuté d'une possible coopération à l'issue des élections européennes qui se sont déroulées en mai.

Tous deux se présentent en modèle pour les forces nationalistes en Europe, sont partisans d'une ligne dure contre l'immigration et critiques vis-à-vis des institutions de l'UE.

"Nous, Hongrois, n'oublierons jamais que vous avez été le tout premier dirigeant d'Europe occidentale à mettre un terme à l'afflux d'immigrants clandestins en Europe via la Méditerranée", écrit Viktor Orban dans ce courrier.

La lettre été rendue publique le jour où Matteo Salvini a été mis hors jeu par la formation d'un nouveau gouvernement italien entre le centre gauche et le Mouvement 5 Etoiles qui succède à la coalition national-populiste que La Ligue avait formé avec le M5S.

Ministre de l'Intérieur de cette coalition, Matteo Salvini avait tenté un coup de force début août en faisant éclater ce gouvernement pour obtenir des législatives anticipées et prendre les commandes du pays.

Le chef de La Ligue retrouve à présent les rangs de l'opposition mais espère revenir rapidement au centre de la scène politique.

"Quels que soient les évènements futurs sur la scène politique italienne et le fait que nous appartenions à différents groupes de partis européens, nous vous considérons comme notre allié et notre camarade de combat dans la lutte pour la préservation du patrimoine chrétien européen et la lutte contre la migration", assure Viktor Orban.

Le parti Fidesz du dirigeant hongrois est membre du Parti populaire européen (PPE), principale formation rassemblant la droite et le centre droit au Parlement européen tandis que la formation de M. Salvini est alliée à d'autres partis d'extrême droite, comme le Rassemblement national français.