Il y a dix ans, dans une interview sur l'Union européenne, vous avez déclaré que vous souteniez les "États-Unis d'Europe". Est-ce là ce à quoi vous aspirez en tant que président de la Commission ?
...

Il y a dix ans, dans une interview sur l'Union européenne, vous avez déclaré que vous souteniez les "États-Unis d'Europe". Est-ce là ce à quoi vous aspirez en tant que président de la Commission ?Les "États-Unis d'Europe" sont un projet pour mes enfants. La route est encore longue. Premièrement, tous les États membres doivent être prêts à poursuivre une intégration de grande envergure. Avant tout, ma génération doit mettre l'Europe sur le marché. Par exemple, je voudrais développer une position de leader dans le domaine de la politique climatique ou de la numérisation.Vous dites que l'Europe devrait agir de manière plus confiante dans le monde. Vous parlez d'une Commission "géopolitique". Que voulez-vous réaliser ?En tant que puissance économique, l'Europe joue un rôle de premier plan. Et nous sommes considérés dans le monde entier comme des champions de l'État de droit. Mais à certains moments, l'Europe doit aussi être capable d'agir rapidement et avec force. Et pour cela, nous devons être plus forts. Il y a six ans, le Mali était sur le point de disparaître suite au terrorisme. L'Europe avait la volonté, mais pas de structures pour agir. Si la France n'était pas intervenue de manière décisive, le Mali aurait disparu comme facteur de stabilisation du Sahel.Où pensez-vous que l'Europe se situe dans le monde, géopolitiquement parlant ? En troisième place après l'Amérique et la Chine ?Il ne s'agit pas d'un ordre vertical. Je suis convaincu que nous sommes du même côté que les Américains, bien que nous soyons en désaccord sur un certain nombre de questions.Au cours des prochaines semaines, vous rencontrerez le président américain Donald Trump. En tant que ministre allemand de la Défense, vous l'avez régulièrement critiqué, par exemple pour ses déclarations sur l'OTAN, mais aussi pour ses relations amicales avec le président russe Vladimir Poutine. Allez-vous pouvoir conserver ce ton ?C'était au début de son mandat. Beaucoup de choses ont changé entre-temps. Sa déclaration de l'époque - selon laquelle l'OTAN était dépassée - a créé l'élan nécessaire en Europe pour moderniser l'OTAN et lancer une défense européenne unifiée. Les Européens de l'Est ont pris conscience que nous devons également mettre en place des structures militaires en Europe.Il y a différentes façons de traiter avec Trump. Votre prédécesseur Jean-Claude Juncker a réussi à gagner son respect en se montrant amical. Quelle stratégie choisissez-vous ?Je choisis le dialogue. Lors d'une première rencontre, beaucoup de choses se passent intuitivement. Je connais bien les Américains. Adolescent, j'étais souvent aux États-Unis et j'y ai vécu avec ma famille pendant plusieurs années. Deux de mes filles y sont nées. J'ai un bon sens de la perspective américaine.Trump se retire de l'accord de Paris sur le climat et, en matière de politique commerciale, il mène une politique de confrontation avec l'Europe. Entre l'Amérique et l'UE, les choses sont difficiles dans d'autres domaines également : les Américains veulent détruire l'accord sur l'Iran, l'Europe continue à le soutenir. À coup de sanctions, l'Amérique a essayé d'empêcher la construction de Nord Stream 2, le gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne. Quel sujet délicat voulez-vous aborder en premier avec Trump ?Je tiens tout d'abord à préciser que les relations quotidiennes entre les Américains et les Européens sont en fait très bonnes. Il existe des millions d'amitiés et de contacts, privés, dans les domaines de la science, de l'économie et de la culture. Nous défendons ensemble la démocratie. Ce n'est pas si évident dans le monde d'aujourd'hui. De nombreuses villes et régions américaines, ainsi que l'État de Californie, restent attachées aux Accords de Paris sur le climat. Bien sûr, il y a des conflits autour de thèmes tels que le commerce et l'économie, mais ce n'est le cas qu'ici et là.Les Américains menacent d'imposer des taxes d'importation élevées pour les voitures allemandes. L'une de vos principales intentions dans le cadre des accords européens sur le climat est une taxe de limitation des émissions de CO2, avec laquelle vous voulez soutenir les entreprises européennes. N'utilisez-vous pas la politique commerciale comme une arme, à l'instar de Trump ?C'est la chose la plus normale au monde pour l'Europe et l'Amérique de défendre leurs propres intérêts. Derrière la taxe de limitation du CO2 se cache une pensée simple. Par exemple, nous travaillons à la production d'acier européen sans CO2 dans quelques années. Nous aurons alors un produit pur qui sera bénéfique pour le climat et qui coûtera probablement un peu plus cher. Il faudra instaurer une taxe frontalière sur le CO2, par exemple, pour éviter que l'acier bon marché de Chine par exemple, qui n'est pas produit dans le respect de l'environnement, n'inonde le marché européen.L'ambassadeur américain à Berlin a récemment annoncé qu'au sein du Parlement européen, quinze États membres soutiennent les sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2. C'est exact ?Il est vrai que le projet de pipeline a pris une dimension politique et que la Commission européenne, avec les moyens dont elle dispose, protège les intérêts des États membres de l'Est. À un autre point du texte, il est également indiqué que la Commission européenne est opposée à des sanctions sévères pour les entreprises européennes qui s'engagent à défendre l'État de droit.Il y a également un désaccord au sujet de Huawei. Washington veut que l'Europe ne laisse pas le géant chinois du téléphone prendre la tête de la construction d'un réseau 5G. Vous voulez faire des propositions à ce sujet bientôt. À quoi ressemblent-ils?Nous avons rassemblé les idées de tous les États membres afin de parvenir à une position européenne commune. L'infrastructure 5G et 6G est une technologie clé pour la sécurité des flux de données en Europe, cruciale pour notre économie et les secteurs public et privé. Nous ne nous occupons pas des entreprises individuelles, mais en tant qu'UE, nous voulons créer des directives de principe. Une telle directive devrait inclure, par exemple, l'indépendance des entreprises qui nous fournissent cette technologie sensible. Qu'elles ne peuvent pas être forcées par leurs gouvernements à transmettre des données.Cela voudrait dire que Huawei est éliminé. La Chine a une loi sur la sécurité de l'État dont vous pouvez déduire cette obligation.Nous devons tous examiner cela très attentivement. S'il existe un risque que des données de citoyens ou d'entreprises puissent être volées sur la base de cette loi, nous ne pouvons pas l'accepter.Vous voulez que l'Europe agisse avec plus de confiance, mais l'UE perd un partenaire fort. Avec le Royaume-Uni, nous perdons non seulement une économie importante, mais aussi l'un des deux membres permanents européens du Conseil de sécurité de l'ONU et l'une des deux puissances nucléaires européennes. Dans quelle mesure cela affaiblit-il la politique étrangère et de sécurité européenne ?C'est précisément là que les conséquences du Brexit pèseront moins lourd. Contrairement à d'autres domaines, les Britanniques ont gardé un profil bas dans la politique de sécurité commune et ont souvent bloqué la discussion. La coopération européenne en matière de défense n'a donc pu commencer qu'après le référendum de Brexit. Mais nous voulons coopérer le plus étroitement possible.Le gouvernement britannique veut avoir un arrangement complet pour les relations avec l'UE d'ici fin 2020. Allez-vous réussir ?J'en doute fort, car le temps est extrêmement court pour négocier les très nombreux problèmes. Après tout, ce n'est pas seulement une question de politique commerciale. Il s'agit aussi de questions de sécurité ou de droits de pêche, pour n'en nommer que quelques-unes. Nous allons donc d'abord discuter des questions qui ne sont pas couvertes par les réglementations internationales et qui, dans le cas d'un Brexit dur, n'ont pas un impact trop grave.Les adeptes du Brexit promettent que le Royaume-Uni sera mieux loti en dehors de l'UE. Si le Brexit est une réussite, il peut inspirer les populistes dans d'autres États membres.Il ne s'agit pas de promesses, mais de la réalité. Le drame du Brexit est déjà une leçon amère pour tous les populistes qui rêvaient de quitter l'UE. Un par un, ils ont tranquillement enterré leurs plans de "grexit", "dexit" ou "frexit", autrefois défendus avec tant d'arrogance. Les cinq dernières années ont montré qu'aucun pays n'a intérêt à être seul. Le Brexit a coûté beaucoup d'énergie, avec des sessions nocturnes au cours desquelles on a discuté de cela au lieu de thèmes importants comme le climat, la migration ou une coopération économique plus étroite. L'UE doit maintenant aller de l'avant.Vous avez également votre propre projet, où l'Europe doit montrer sa force : le Green Deal. Comment voulez-vous susciter l'enthousiasme des 27 États membres ?Nous sommes confrontés à une tâche énorme, mais il y a aussi un nouvel élan. Le lendemain de la présentation de mon Green Deal, des mois de discussions entre les chefs d'État et de gouvernement ont pris fin et, ensemble, ils ont approuvé l'objectif de rendre l'UE neutre sur le plan climatique d'ici 2050.La Pologne a insisté pour former une exception.La Pologne a besoin de plus de temps, mais elle ne remet pas en question l'objectif de neutralité climatique lui-même. La majorité des Européens veulent que nous fassions quelque chose pour lutter contre le réchauffement de la planète.Mais que faire si les citoyens ne sont pas prêts à vivre différemment ? Il y a plus de voyages aériens que jamais, et chaque année on voit plus de SUV sur les routes.On ne résout pas les problèmes en rendant impossible ou en interdisant de prendre l'avion ou la voiture. Nous voulons investir dans des énergies respectueuses de l'environnement, par exemple l'acier sans CO2. L'Europe doit exporter ces produits et techniques dans le monde entier, afin qu'un jour nous ne soyons pas obligés de faire du commerce avec des pays qui sont à la pointe de l'innovation.En France, les gilets jaunes ont débuté les protestations lorsque le prix de l'essence est passé à 1,80 euro le litre. Combien pouvez-vous imposer aux gens pour des raisons environnementales ?Bien entendu, on ne peut pas se contenter de répercuter les coûts de la protection du climat sur le public. L'égalité sociale est au coeur du Green Deal, et doit aller de pair avec des investissements dans un avenir respectueux de l'environnement. Si nous investissons dans l'isolation des bâtiments, les coûts de chauffage pour les locataires diminuent, même si l'énergie devient plus chère. Pour les grands bassins houillers, nous prévoyons un fonds de plusieurs milliards qui permettra aux gens et aux entreprises de faire la transition.Sur certaines questions, telles que la migration, les États membres européens sont en total désaccord. Ne serait-il pas logique d'abandonner le principe de l'unanimité ?Je n'y crois pas. Aucun endroit n'est aussi diversifié et nulle part on ne vit aussi bien qu'en Europe, précisément parce que l'UE réussit toujours à transformer les intérêts et les courants culturels divergents en un mouvement commun. Nous ne devrions pas être aussi impitoyables envers nous-mêmes. L'Union européenne s'est développée ces dernières années, et je ne parle pas uniquement de l'économie. Regardez, par exemple, les règlements sur la protection des données. Ce faisant, nous avons fixé de nouveaux critères pour le monde entier en vue d'une numérisation qui pense du point de vue des personnes et respecte les droits de chaque individu. C'est comme ça que nous devons le faire : se prendre le bec, mais rester ensemble. L'Europe fait de son mieux et parvient à atteindre un juste équilibre - alors qu'en Amérique, le marché et en Chine, l'État domine souvent de manière unilatérale.Le Brexit a coûté beaucoup d'énergie, avec des séances nocturnes au cours desquelles les gens parlaient de cela plutôt que de thèmes importants. L'UE doit maintenant aller de l'avant.L'UE ne peut certainement pas trouver de solutions aux problèmes existentiels ? La Hongrie et d'autres pays d'Europe de l'Est refusent tout simplement d'accepter l'obligation d'accueillir un plus grand nombre de migrants en cas de besoin.Nous ne résoudrons pas le problème de la migration en forçant les États membres à recourir à la force brute. Ces derniers mois, j'ai parlé à de nombreux chefs d'État et de gouvernement, et ils veulent tous débloquer la situation. Au printemps, je présenterai un ensemble complet de mesures sur la migration. Cela concernera principalement la réforme du système de Dublin et l'organisation des procédures d'asile au niveau européen. Le règlement de Dublin stipule que les pays où les réfugiés arrivent doivent être responsables des procédures d'asile et de l'accueil. C'est tout à fait injuste pour des pays comme l'Italie, l'Espagne et la Grèce.Quand on voit les images des camps de réfugiés grecs surpeuplés, l'Europe fait honte.La Commission européenne est en contact avec le gouvernement grec. Nous apportons l'aide urgente nécessaire.Le président des Verts allemands, Robert Habeck, pense que nous devrions faire sortir les enfants des camps grecs. Que pensez-vous de cela ?En tant que président de la Commission européenne, je ne peux pas m'immiscer dans la politique allemande. Je pense qu'il est important pour l'Europe de parvenir à une solution durable qui combine la protection de nos frontières avec une politique de migration humaine.À Bruxelles, vous êtes considéré comme président de la Commission par la grâce de la chancelière allemande Angela Merkel. Mais à Berlin, vous vous sentez proche du président français Emmanuel Macron, qui vous a finalement donné votre poste. Êtes-vous lié à lui ? Et puis quoi encore. Ce qu'il y a de bien dans ces dernières semaines, c'est que j'ai obtenu ma propre majorité au Parlement européen. En juillet, j'ai été élu avec une très faible majorité de neuf voix. Immédiatement après, j'ai eu des conversations directes avec des députés pendant des heures. Je n'ai donné aucune interview...Ce qui signifie: vous vous êtes enfermé dans un bunker. Mais cette concentration sur le travail interne et sur le Parlement a porté ses fruits. Au cours de cette période, nous avons constitué cette Commission et nous avons affiné le programme de travail, si bien qu'au bout de quatre mois, je dispose d'une large majorité pour mon équipe. En même temps, je bénéficie de la confiance des chefs d'État et de gouvernement. Sinon, ils ne se seraient pas mis d'accord sur l'objectif de la neutralité climatique.On dirait que Macron s'occupe de votre programme : protection du climat, salaire minimum européen, système d'assurance chômage...Pas si vite. La protection du climat est signée par 26 autres États membres de l'UE. Et vous pouvez dire ce que vous voulez de moi, mais j'ai introduit le premier salaire minimum dans le secteur des soins infirmiers en Allemagne. Le principe de l'assurance chômage, en revanche, n'est rien d'autre que ce que nous avons réussi à faire passer au travers des années difficiles en Allemagne après la crise de 2008. En tant que ministre du Travail, j'ai eu de bonnes expériences dans ce domaine.L'UE ne peut montrer sa force au monde extérieur que si elle est en paix avec elle-même. Le contraire est vrai. Même des valeurs fondamentales comme la liberté de la presse sont menacées - regardez la Pologne et la Hongrie. Combien de temps voulez-vous rester là à regarder ?Nous ne sommes absolument pas impuissants. Dans le cas de la Pologne et de la Hongrie également, nous disons clairement : l'un des fondements les plus importants de l'UE est la protection de l'État de droit, et nous utilisons toutes les procédures dont nous disposons à cette fin lorsque les choses risquent de mal tourner. En fin de compte, c'est la Cour de justice européenne qui statue. Ce que j'apprécie chez nos États membres : ils l'acceptent, bien que très contre leur volonté et parfois avec colère, mais ils l'acceptent quand l'État de droit parle. C'est une autre raison d'être fier de l'Europe.