Le parti a reçu 150.000 euros en provenance de Belgique en février, a confirmé l'AfD. Ces fonds ont été donnés à la branche active dans le district du Lac Constance dans le sud de l'Allemagne. Cette division est celle d'où est issue la co-présidente du parti Alice Weidel. Le parti a retourné l'argent le 9 mai dernier après avoir enquêté sur l'origine de cette donation et dans l'incapacité de déterminer qui était à l'initiative, a communiqué le parti dans une déclaration.

Les donations à des partis politiques de la part de citoyens hors de l'UE ne sont pas autorisées en Allemagne. Cette donation supposée depuis la Belgique était destinée à la même branche qui a bénéficié d'un versement en provenance de Suisse de 130.000 euros. Ce transfert était libellé "contribution de campagne Alice Weidel".

La justice allemande a décidé mercredi d'entamer une procédure envers Mme Weidel soupçonnant une violation de la législation allemande suite à ce versement suisse. Une société basée à Zurich a confirmé ce paiement, en tranche entre juillet et septembre 2017, mais le conseil d'administration a insisté sur le fait que le transfert avait eu lieu au nom d'un donneur dont l'identité reste inconnue. Cet argent a été retourné en avril 2018.

Le parti a reçu 150.000 euros en provenance de Belgique en février, a confirmé l'AfD. Ces fonds ont été donnés à la branche active dans le district du Lac Constance dans le sud de l'Allemagne. Cette division est celle d'où est issue la co-présidente du parti Alice Weidel. Le parti a retourné l'argent le 9 mai dernier après avoir enquêté sur l'origine de cette donation et dans l'incapacité de déterminer qui était à l'initiative, a communiqué le parti dans une déclaration. Les donations à des partis politiques de la part de citoyens hors de l'UE ne sont pas autorisées en Allemagne. Cette donation supposée depuis la Belgique était destinée à la même branche qui a bénéficié d'un versement en provenance de Suisse de 130.000 euros. Ce transfert était libellé "contribution de campagne Alice Weidel". La justice allemande a décidé mercredi d'entamer une procédure envers Mme Weidel soupçonnant une violation de la législation allemande suite à ce versement suisse. Une société basée à Zurich a confirmé ce paiement, en tranche entre juillet et septembre 2017, mais le conseil d'administration a insisté sur le fait que le transfert avait eu lieu au nom d'un donneur dont l'identité reste inconnue. Cet argent a été retourné en avril 2018.