Dans un communiqué, le conseil général des médecins se dit "déçu et indigné" du manque de direction commune dans la lutte contre le Covid-19 dans un pays où chacune des 17 régions (et des deux villes) autonomes est compétente pour la Santé et critique souvent le gouvernement central. "Les disputes et les rivalités entre forces politiques et institutions nous attristent et nous désespèrent quand elles devraient ramer toutes dans la même direction", écrit le conseil.

Il demande aux autorités de "redresser la barre" dans la lutte contre l'épidémie, face à la multiplication des foyers de contagion. Faute de quoi, prévient-il, "l'augmentation des cas à laquelle nous assistons conduira de nouveau à perdre le contrôle" de l'épidémie. Le Covid-19 a fait 28.579 morts en Espagne -dont 61 soignants, selon le communiqué- et la contagion a repris depuis la levée le 21 juin d'un confinement de trois mois, un des plus stricts au monde. L'Espagne totalise près de 330.000 cas diagnostiqués.

Manquements

Les médecins attribuent ce retour en force au relâchement des mesures de distanciation et de protection, aux réunions familiales, aux fêtes nocturnes, aux discothèques, et aux mauvaises conditions de travail et de logement des travailleurs saisonniers qui se déplacent pour les cueillettes de fruits selon la saison.

L'ordre des médecins estime que les mesures locales de confinement prises par les régions ne suffisent pas. Il demande une meilleure coordination entre les régions et l'État central, la préparation de nouveaux règlements pour pouvoir empêcher la circulation entre régions -et leurs subdivisions, les provinces- et plus de sévérité face aux infractions.

Il dénonce enfin "les pannes à répétition dans la gestion des statistiques, avec des chiffres insuffisants et contradictoires qui ont donné à tous l'impression d'un manque de coordination dans la lutte contre la pandémie". Le ministère de la Santé, qui publie les chiffres quotidiens sur la progression du Covid-19, a changé plusieurs fois de mode de calcul.

Dans un communiqué, le conseil général des médecins se dit "déçu et indigné" du manque de direction commune dans la lutte contre le Covid-19 dans un pays où chacune des 17 régions (et des deux villes) autonomes est compétente pour la Santé et critique souvent le gouvernement central. "Les disputes et les rivalités entre forces politiques et institutions nous attristent et nous désespèrent quand elles devraient ramer toutes dans la même direction", écrit le conseil.Il demande aux autorités de "redresser la barre" dans la lutte contre l'épidémie, face à la multiplication des foyers de contagion. Faute de quoi, prévient-il, "l'augmentation des cas à laquelle nous assistons conduira de nouveau à perdre le contrôle" de l'épidémie. Le Covid-19 a fait 28.579 morts en Espagne -dont 61 soignants, selon le communiqué- et la contagion a repris depuis la levée le 21 juin d'un confinement de trois mois, un des plus stricts au monde. L'Espagne totalise près de 330.000 cas diagnostiqués.Les médecins attribuent ce retour en force au relâchement des mesures de distanciation et de protection, aux réunions familiales, aux fêtes nocturnes, aux discothèques, et aux mauvaises conditions de travail et de logement des travailleurs saisonniers qui se déplacent pour les cueillettes de fruits selon la saison.L'ordre des médecins estime que les mesures locales de confinement prises par les régions ne suffisent pas. Il demande une meilleure coordination entre les régions et l'État central, la préparation de nouveaux règlements pour pouvoir empêcher la circulation entre régions -et leurs subdivisions, les provinces- et plus de sévérité face aux infractions.Il dénonce enfin "les pannes à répétition dans la gestion des statistiques, avec des chiffres insuffisants et contradictoires qui ont donné à tous l'impression d'un manque de coordination dans la lutte contre la pandémie". Le ministère de la Santé, qui publie les chiffres quotidiens sur la progression du Covid-19, a changé plusieurs fois de mode de calcul.