Jusqu'alors, un couple marié qui voulait se séparer n'avait qu'à remplir un formulaire en ligne sans délai ni jugement. Désormais, il doit attendre une période de trois mois avant que le divorce soit officialisé. Durant cette période, le couple doit obligatoirement suivre un cours de "coopération après le divorce". Pour Gert Martin Hald, psychologue et professeur associé à l'Université de Copenhague, il s'agit avant tout "de réduire les coûts humains et financiers du divorce".

Ce cours est disponible en ligne ou via une application. Si celui-ci n'est pas suivi, le divorce ne peut avoir lieu. L'objectif est d'aider les couples à améliorer leur communication et à éviter les situations conflictuelles fréquentes. Ce cours est modulable en 17 séances d'une demi-heure. Chacune propose des solutions concrètes aux conflits potentiels durant une période de divorce (gestion des fêtes d'anniversaire des enfants, conversation avec l'ex-partenaire en colère, ...). D'après Gert Martin Hald, ce cours permettrait de réduire le stress, l'anxiété et les risques de dépression. Toutefois, ce n'est pas la solution miracle à tous les divorces. Il ne permet pas forcément de réconcilier les couples et n'est pas toujours efficace (pour les couples conflictuels, voire violents, notamment).

Toutes ces nouvelles mesures ne sont pas parfaites. Pour Trine Schaldemose, directrice-adjointe de Mødrehjælpen, association d'aide à la famille, les nouvelles lois ne favorisent pas les droits de l'enfant. En effet, durant les trois mois de préavis, aucune décision ne peut être prise concernant la garde des enfants, ce qui est problématique, car ils restent plus longtemps au centre du conflit. Les parents sont obligés de rester ensemble et ne peuvent rechercher un nouveau logement puisqu'ils ne savent pas encore quels seront leurs besoins.

Pour lutter contre le divorce, les municipalités du pays ont auparavant mis en place un système de thérapie de couple, car elles estiment qu'un taux élevé de divorce leur fait perdre de l'argent en termes de logements et services divers (écoles, services médicaux, ...). La qualité des programmes varie très fortement d'une municipalité à l'autre, mais le gouvernement danois assure qu'une thérapie est toujours bénéfique pour un couple. Selon la municipalité de Ringkøbing-Skjern, qui est la première à avoir instauré un système de thérapie (2011), le nombre de divorces a diminué de 17% en seulement un an.

Loreline Dubuisson