"C'est une peine exemplaire qui restera dans l'histoire du droit au Portugal", a déclaré à l'AFP Maribel Amaral, avocate de l'un des prévenus.

Le principal prévenu, âgé de 27 ans, a été reconnu coupable d'abus sexuels sur huit mineurs y compris des bébés. En détention provisoire depuis 2017, il vivait avec ses parents et sa soeur à Agueda (200 km au nord de Lisbonne), et faisait subir des sévices sexuels à ses neveux quand ils lui étaient confiés en l'absence des parents.

Il a aussi été reconnu coupable d'avoir créé un réseau international de pédophilie qui opérait sur le "darknet", la partie cachée d'internet, où il partageait des photos et des vidéos d'agressions sexuelles sur des bébés et des enfants.

Quatre proches de cet homme, dont ses parents, étaient également poursuivis pour complicité et omission mais la justice les a acquittés. "La mère n'imaginait pas une seconde les agissements de son fils qui la manipulait", a expliqué Maribel Alves.

L'autre accusé, un informaticien résidant près de Sintra, dans la banlieue de Lisbonne, était poursuivi pour abus sexuels notamment sur sa fille, partageant ensuite les vidéos et les photos sur ce réseau de pédopornographie.

La justice a reconnu les deux hommes coupables au total de 44 crimes d'agression sexuelle et deux de pédopornographie.

"C'est une peine exemplaire qui restera dans l'histoire du droit au Portugal", a déclaré à l'AFP Maribel Amaral, avocate de l'un des prévenus.Le principal prévenu, âgé de 27 ans, a été reconnu coupable d'abus sexuels sur huit mineurs y compris des bébés. En détention provisoire depuis 2017, il vivait avec ses parents et sa soeur à Agueda (200 km au nord de Lisbonne), et faisait subir des sévices sexuels à ses neveux quand ils lui étaient confiés en l'absence des parents. Il a aussi été reconnu coupable d'avoir créé un réseau international de pédophilie qui opérait sur le "darknet", la partie cachée d'internet, où il partageait des photos et des vidéos d'agressions sexuelles sur des bébés et des enfants.Quatre proches de cet homme, dont ses parents, étaient également poursuivis pour complicité et omission mais la justice les a acquittés. "La mère n'imaginait pas une seconde les agissements de son fils qui la manipulait", a expliqué Maribel Alves.L'autre accusé, un informaticien résidant près de Sintra, dans la banlieue de Lisbonne, était poursuivi pour abus sexuels notamment sur sa fille, partageant ensuite les vidéos et les photos sur ce réseau de pédopornographie.La justice a reconnu les deux hommes coupables au total de 44 crimes d'agression sexuelle et deux de pédopornographie.