Elles ont été envoyées à un hôtel et une station-essence à Amsterdam, une agence immobilière à Utrecht, ainsi qu'une station-essence et une entreprise automobile à Rotterdam. Le siège du Bureau central de recouvrement (CIB) a également été visé jeudi à Rotterdam. Toutes les lettres proviennent de la même personne, malgré que le CIB soit indiqué comme étant l'émetteur.

La police demande de ne pas ouvrir les missives au logo de l'agence de recouvrement qui présenteraient un renflement. Les lettres sont analysées par l'Institut médico-légal néerlandais. Des experts en explosifs de la Défense ont également été mobilisés pour l'enquête. Les forces de l'ordre penchent pour une affaire d'extorsion. Le motif terroriste ne semble pas avoir été retenu.

Elles ont été envoyées à un hôtel et une station-essence à Amsterdam, une agence immobilière à Utrecht, ainsi qu'une station-essence et une entreprise automobile à Rotterdam. Le siège du Bureau central de recouvrement (CIB) a également été visé jeudi à Rotterdam. Toutes les lettres proviennent de la même personne, malgré que le CIB soit indiqué comme étant l'émetteur. La police demande de ne pas ouvrir les missives au logo de l'agence de recouvrement qui présenteraient un renflement. Les lettres sont analysées par l'Institut médico-légal néerlandais. Des experts en explosifs de la Défense ont également été mobilisés pour l'enquête. Les forces de l'ordre penchent pour une affaire d'extorsion. Le motif terroriste ne semble pas avoir été retenu.