"L'un des aspects les plus complexes du chantier actuel de sécurisation est le démontage de l'échafaudage comptant 50.000 tubes chauffés à plus de 800 degrés, qui avait été installé avant l'incendie" pour la restauration prévue de la flèche, écrit dans un communiqué la Fondation Notre-Dame.

Cette organisation est l'une des quatre institutions choisies pour collecter les dons pour la restauration de la cathédrale touchée par l'incendie spectaculaire du 15 avril.

"Une structure parallèle doit être très bientôt installée ainsi que des grues pour procéder à [la] découpe (de l'échafaudage, ndlr) dans des conditions particulièrement délicates", ajoute-t-elle. "Ce sera effectif d'ici un mois", a déclaré à l'AFP Christophe-Charles Rousselot, délégué général de la Fondation, précisant que ce démontage allait ensuite durer "quatre mois".

Pour ces "travaux préliminaires", mis en oeuvre par l'Etat, "plusieurs mécènes importants ont accepté, sans attendre la signature des conventions en cours de préparation, de procéder à un premier versement au titre des dons promis", précise la Fondation.

Elle avait recueilli ce lundi "38 millions d'euros de dons auprès de 42.000 particuliers ainsi que de 60 entreprises et collectivités publiques françaises et étrangères". "Le total des dons reçus et des promesses de dons s'élève maintenant à 396 millions d'euros", précise-t-elle, soulignant que "le montant total nécessaire à la restauration demeure inconnu et devrait le rester jusqu'au printemps 2020", le temps de mener investigations et expertises.