Malgré les tensions qui secouent la France et les nombreuses manifestations des "gilets jaunes", la popularité d'Emmanuel Macron est en forte hausse. Selon un sondage Ifop-Fiducial, le Président français gagne six points en février. Au mois de janvier, sa cote d'approbation augmentait déjà de cinq points. En décembre, son taux d'approbation était de 23%, soit son plus bas niveau depuis sa prise de fonction. Aujourd'hui, 34% des personnes sondées déclarent "tout à fait approuver" ou "plutôt approuver" l'action de leur chef d'Etat. Un score supérieur à celui qu'on lui prêtait au mois d'octobre, avant le début des manifestations des "gilets jaunes".

Emmanuel Macron semble récolter les fruits des mesures annoncées au mois de décembre suite aux manifestations hebdomadaires des "gilets jaunes", ses voeux du Nouvel An et le lancement réussi du grand débat, explique Paris Match.

Malgré un taux de désapprobation de son action encore à 66% ("n'approuve plutôt pas" et "n'approuve pas du tout"), il sembler "remobiliser son socle électoral", selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Il séduit à nouveau les professions libérales et les cadres supérieurs, apaise les tensions avec les 65+. Côté politique, il fait toujours l'unanimité chez les partisans de la République en Marche et séduit de plus en plus de Républicains.

De son côté, le Premier ministre français Edouard Philippe stagne avec 34% d'approbation et ne bénéficie pas des initiatives annoncées, considérées par les citoyens comme présidentielles.

Malgré les tensions qui secouent la France et les nombreuses manifestations des "gilets jaunes", la popularité d'Emmanuel Macron est en forte hausse. Selon un sondage Ifop-Fiducial, le Président français gagne six points en février. Au mois de janvier, sa cote d'approbation augmentait déjà de cinq points. En décembre, son taux d'approbation était de 23%, soit son plus bas niveau depuis sa prise de fonction. Aujourd'hui, 34% des personnes sondées déclarent "tout à fait approuver" ou "plutôt approuver" l'action de leur chef d'Etat. Un score supérieur à celui qu'on lui prêtait au mois d'octobre, avant le début des manifestations des "gilets jaunes". Emmanuel Macron semble récolter les fruits des mesures annoncées au mois de décembre suite aux manifestations hebdomadaires des "gilets jaunes", ses voeux du Nouvel An et le lancement réussi du grand débat, explique Paris Match.Malgré un taux de désapprobation de son action encore à 66% ("n'approuve plutôt pas" et "n'approuve pas du tout"), il sembler "remobiliser son socle électoral", selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Il séduit à nouveau les professions libérales et les cadres supérieurs, apaise les tensions avec les 65+. Côté politique, il fait toujours l'unanimité chez les partisans de la République en Marche et séduit de plus en plus de Républicains. De son côté, le Premier ministre français Edouard Philippe stagne avec 34% d'approbation et ne bénéficie pas des initiatives annoncées, considérées par les citoyens comme présidentielles.