Depuis hier, chaque paquet de cigarettes produit à destination du marché européen portera un identifiant unique, et ce afin de lutter contre la contrebande.

Cet identifiant unique est constitué d'une série de codes, auxquels s'ajoutera une vignette, similaire à un timbre fiscal, comportant cinq signes d'identification - un visible, trois semi-visibles et un invisible, uniquement détectable en laboratoire -, similaires à ceux des billets de banque.

L'identifiant unique doit permettre d'assurer une réelle traçabilité du paquet, depuis son lieu de production ou d'importation, jusqu'à son point de vente au détail, tandis que la vignette sécurisée garantira l'authenticité du produit.

Mieux combattre le marché noir

Ce nouvel étiquetage - à la charge financière des fabricants de tabac - doit permettre de mieux combattre le commerce parallèle, qui représenterait 10% du marché mondial mais demeure difficile à évaluer. Les "estimations de l'industrie du tabac pour mesurer le marché illicite dans leur pays" sont "souvent peu fiables et alarmistes", selon l'OMS.

Ce trafic serait, selon des sources du secteur, composé à 98% ou 99% de cigarettes fabriquées dans les usines des cigarettiers. Selon l'OMS, la Chine, le Paraguay, la Russie, les Émirats arabes unis, l'Ukraine, le Bélarus, la Moldavie, le Kenya et le Zimbabwe sont les principaux pourvoyeurs de cigarettes illicites.