"En 2019, la menace était principalement endogène. L'évolution de la situation militaire en Syrie a entrainé la diminution de l'activité djihadiste et de la capacité de l'Etat Islamique à perpétrer des attaques en Europe", indique le rapport du CAT, un institut indépendant.

En 2019, 25 "incidents terroristes" ont visé l'Union Européenne dont 3 attentats, 5 tentatives et 17 projets d'attentats, contre 4 attentats, 1 tentative et 21 projets en 2018, indique le document.

La France demeure la cible numéro un des djihadistes: elle totalise un tiers (32%) des attentats, tentatives ou projets, contre 16% pour l'Allemagne et le Royaume-Uni et 8% pour les Pays-Bas et l'Espagne.

Le bilan humain entre 2019 et 2018 varie peu lui aussi: les attentats ont fait 10 morts et 34 blessés sur l'ensemble de l'année contre respectivement 13 et 37 l'année précédente.

Selon le CAT, l'an dernier, la menace n'est ainsi jamais venue de groupes passés par la Syrie. A peine 4% des attentats ont été "téléguidés" ("exécutés par des individus sans expérience djihadiste à l'étranger et en relation avec un donneur d'ordre sur zone").

"En 2019, la menace était principalement endogène. L'évolution de la situation militaire en Syrie a entrainé la diminution de l'activité djihadiste et de la capacité de l'Etat Islamique à perpétrer des attaques en Europe", indique le rapport du CAT, un institut indépendant. En 2019, 25 "incidents terroristes" ont visé l'Union Européenne dont 3 attentats, 5 tentatives et 17 projets d'attentats, contre 4 attentats, 1 tentative et 21 projets en 2018, indique le document. La France demeure la cible numéro un des djihadistes: elle totalise un tiers (32%) des attentats, tentatives ou projets, contre 16% pour l'Allemagne et le Royaume-Uni et 8% pour les Pays-Bas et l'Espagne. Le bilan humain entre 2019 et 2018 varie peu lui aussi: les attentats ont fait 10 morts et 34 blessés sur l'ensemble de l'année contre respectivement 13 et 37 l'année précédente. Selon le CAT, l'an dernier, la menace n'est ainsi jamais venue de groupes passés par la Syrie. A peine 4% des attentats ont été "téléguidés" ("exécutés par des individus sans expérience djihadiste à l'étranger et en relation avec un donneur d'ordre sur zone").