"Autonomie stratégique", "géométrie variable de la coopération" et "culture stratégique" : c'est ce qui devait faire l'objet d'un débat sur la politique étrangère européenne organisé par la Commission trilatérale la semaine dernière. Comme cette Commission réunit toujours un grand nombre de personnes influentes, je souhaitais bien préparer la discussion. Mais que dire de ces trois mots clés ? Une telle approche ne faisait-elle pas partie du problème ? Il s'agit de structures et de concepts complexes, d'instruments, sans être clair sur ce que nous représentons dans ce monde. Nous avons beau réfléchir sur les instruments de politique, ils n'auront guère de sens si nous n'osons pas les utiliser.
...