Bronzé et reposé, sa veste ornée d'une grande décoration autrichienne en forme de croix, sa cravate en soie bouffante, Michel Houellebecq est apparu à Bruxelles, avec son épouse chinoise, pour recevoir, le 19 octobre dernier, le premier prix de la société Oswald Spengler, auteur du Déclin de l'Occident (1918). Il était attendu comme un oracle, sa conférence finement ouvragée. L'Occident est en phase descendante, mais l'écrivain français le plus connu de sa génération arrive à cette conclusion par un autre chemin que l'historien allemand (Le Vif/L'Express du 11 octobre dernier).
...