Voici un rappel des faits montrant son ascension politique à partir de 2012, puis son déclin pendant plus de cinq années d'audiences.

-2012: entrée au parlement -

- 12 juin: quatre pêcheurs égyptiens sont violemment agressés dans leur sommeil dans la banlieue ouvrière de Perama, près d'Athènes, par des hommes vêtus de noir.

- 17 juin: Aube dorée obtient 6,92 % des voix aux élections législatives, en 5e position, et fait son entrée au parlement avec 18 députés.

- 7 et 8 septembre: à la tête d'un commando, des députés d'Aube dorée font une descente contre des vendeurs immigrés à la sauvette.

-2013: meurtre d'un rappeur -

- 17 janvier: un Pakistanais est tué dans le centre d'Athènes par deux Grecs. Des tracts d'Aube dorée sont retrouvés chez l'un d'eux. Les auteurs seront condamnés à la perpétuité en avril 2014.

- 12 septembre: des colleurs d'affiche communistes sont attaqués à coup de barres cloutées par un groupe d'hommes soupçonnés d'appartenir à Aube dorée à Perama, près d'Athènes.

- 18 septembre:le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas est poignardé à mort à la sortie d'un café. Le meurtrier présumé, Georges Roupakias, est reconnu coupable d'"homicide volontaire" le 7 octobre 2020.

- 29 septembre: des poursuites pénales sont engagées contre dirigeants et membres du parti placés en détention provisoire.

- décembe: le Parlement grec vote la suspension du financement public d'Aube dorée.

-2014: condamnations -

- A partir d'avril: le Parlement lève les immunités des députés d'Aube dorée.

- 25 mai: aux élections européennes, Aube dorée fait élire pour la première fois trois députés européens, dont deux militaires.

- septembre: deux militants d'Aube dorée écopent de 11 et 13 ans de prison pour avoir participé à l'attaque au couteau de membres d'un centre social autogéré.

Un candidat du parti aux législatives de 2012 est condamné à un an de prison avec sursis pour s'être vanté, dans un documentaire, de vouloir transformer les migrants "en savon" et "faire des lampes avec leur peau".

-2015: troisième force politique -

- 25 janvier: aux législatives, le parti devient la troisième force politique et fait réélire 17 députés.

- 4 février: renvoi devant la justice de 69 personnes, dont les dirigeants d'Aube dorée, pour y répondre notamment de "constitution et appartenance à une organisation criminelle".

- mars: le chef d'Aube dorée Nikos Michaloliakos, son bras droit Christos Pappas, et le député Yannis Lagos sortent de prison et sont assignés à résidence. Ils ont purgé le délai maximum légal (18 mois) de détention provisoire.

- 20 avril: ouverture du procès sur le meurtre de Fyssas et deux tentatives de meurtre de quatre pêcheurs égyptiens et de syndicalistes communistes.

- 17 septembre: Michaloliakos revendique à la radio "la responsabilité politique" de l'assassinat de Fyssas mais nie sa "responsabilité pénale".

-2016: le procès piétine -

Le procès piétine, sans cesse ajourné pour des questions de logistique et une grève des avocats.

-2017: expulsion du parlement -

- 15 mai: le porte-parole d'Aube dorée Ilias Kasidiaris est expulsé du parlement pour avoir violemment poussé Nikos Dendias, actuel ministre des Affaires étrangères.

-2018: perte de popularité -

Le parti perd progressivement en popularité mais les attaques qui lui sont attribuées persistent.

- février: cinq personnes d'une association antifasciste sont blessées, dont l'avocate de la famille Fyssas.

- novembre: un engin explosif est désamorcé devant le domicile du procureur qui avait requis le renvoi devant la justice des dirigeants du parti.

-2019: aucun élu -

- juin et juillet: comparution des premiers accusés.

- juillet: aucun député d'Aube dorée n'est élu aux législatives.

- 6 novembre: Michaloliakos plaide "non coupable" au procès, qu'il qualifie de "complot politique".

- 18 décembre: la procureure Adamantia Economou requiert l'acquittement du chef et des principaux cadres du parti.

-2020: "organisation criminelle"-

- mai: l'ancien porte-parole d'Aube dorée crée son propre parti "Les Grecs pour la patrie" après l'éclatement fin 2019 du parti néonazi.

- 7 oct: la cour pénale d'Athènes qualifie Aube dorée d'"organisation criminelle".

Voici un rappel des faits montrant son ascension politique à partir de 2012, puis son déclin pendant plus de cinq années d'audiences.- 12 juin: quatre pêcheurs égyptiens sont violemment agressés dans leur sommeil dans la banlieue ouvrière de Perama, près d'Athènes, par des hommes vêtus de noir. - 17 juin: Aube dorée obtient 6,92 % des voix aux élections législatives, en 5e position, et fait son entrée au parlement avec 18 députés.- 7 et 8 septembre: à la tête d'un commando, des députés d'Aube dorée font une descente contre des vendeurs immigrés à la sauvette. - 17 janvier: un Pakistanais est tué dans le centre d'Athènes par deux Grecs. Des tracts d'Aube dorée sont retrouvés chez l'un d'eux. Les auteurs seront condamnés à la perpétuité en avril 2014.- 12 septembre: des colleurs d'affiche communistes sont attaqués à coup de barres cloutées par un groupe d'hommes soupçonnés d'appartenir à Aube dorée à Perama, près d'Athènes. - 18 septembre:le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas est poignardé à mort à la sortie d'un café. Le meurtrier présumé, Georges Roupakias, est reconnu coupable d'"homicide volontaire" le 7 octobre 2020. - 29 septembre: des poursuites pénales sont engagées contre dirigeants et membres du parti placés en détention provisoire.- décembe: le Parlement grec vote la suspension du financement public d'Aube dorée.- A partir d'avril: le Parlement lève les immunités des députés d'Aube dorée.- 25 mai: aux élections européennes, Aube dorée fait élire pour la première fois trois députés européens, dont deux militaires.- septembre: deux militants d'Aube dorée écopent de 11 et 13 ans de prison pour avoir participé à l'attaque au couteau de membres d'un centre social autogéré. Un candidat du parti aux législatives de 2012 est condamné à un an de prison avec sursis pour s'être vanté, dans un documentaire, de vouloir transformer les migrants "en savon" et "faire des lampes avec leur peau".- 25 janvier: aux législatives, le parti devient la troisième force politique et fait réélire 17 députés. - 4 février: renvoi devant la justice de 69 personnes, dont les dirigeants d'Aube dorée, pour y répondre notamment de "constitution et appartenance à une organisation criminelle".- mars: le chef d'Aube dorée Nikos Michaloliakos, son bras droit Christos Pappas, et le député Yannis Lagos sortent de prison et sont assignés à résidence. Ils ont purgé le délai maximum légal (18 mois) de détention provisoire.- 20 avril: ouverture du procès sur le meurtre de Fyssas et deux tentatives de meurtre de quatre pêcheurs égyptiens et de syndicalistes communistes. - 17 septembre: Michaloliakos revendique à la radio "la responsabilité politique" de l'assassinat de Fyssas mais nie sa "responsabilité pénale".Le procès piétine, sans cesse ajourné pour des questions de logistique et une grève des avocats.- 15 mai: le porte-parole d'Aube dorée Ilias Kasidiaris est expulsé du parlement pour avoir violemment poussé Nikos Dendias, actuel ministre des Affaires étrangères. Le parti perd progressivement en popularité mais les attaques qui lui sont attribuées persistent. - février: cinq personnes d'une association antifasciste sont blessées, dont l'avocate de la famille Fyssas. - novembre: un engin explosif est désamorcé devant le domicile du procureur qui avait requis le renvoi devant la justice des dirigeants du parti.- juin et juillet: comparution des premiers accusés.- juillet: aucun député d'Aube dorée n'est élu aux législatives.- 6 novembre: Michaloliakos plaide "non coupable" au procès, qu'il qualifie de "complot politique".- 18 décembre: la procureure Adamantia Economou requiert l'acquittement du chef et des principaux cadres du parti. - mai: l'ancien porte-parole d'Aube dorée crée son propre parti "Les Grecs pour la patrie" après l'éclatement fin 2019 du parti néonazi.- 7 oct: la cour pénale d'Athènes qualifie Aube dorée d'"organisation criminelle".