A Paris, ils étaient 4.000, contre 7.000 samedi dernier, selon la même source. Aucun autre comptage sur la France n'était disponible à ce stade hormis celui du ministère.

Castaner condamne des "violences" commises par "des casseurs camouflés en gilets jaunes"

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a "condamné" samedi dans un tweet les "violences" commises selon lui par "des casseurs déguisés en gilets jaunes", lors du 11e samedi de mobilisation du mouvement des "gilets jaunes".

Le ministre "condamne avec la plus grande fermeté les violences et dégradations commises samedi encore, à Paris comme en province, par des casseurs camouflés en gilets jaunes", selon le tweet. Toujours sur twitter, il ajoute que "l'IGPN saisie par le @PrefPolice fera toute la lumière sur les incidents qui se sont produits place de la Bastille", où une figure connue des "gilets jaunes" a été grièvement blessée à un oeil alors qu'elle filmait l'arrivée des manifestants.

"La mobilisation des forces de l'ordre, ce samedi encore, a été nécessaire pour contenir les débordements et interpeller les fauteurs de troubles", ajoute M. Castaner dans un autre tweet.

Les manifestations des "gilets jaunes" ont été émaillés de plusieurs incidents. Outre Paris, place de la Bastille, Toulouse, l'un des bastions de la contestation, avec ce samedi encore plusieurs milliers de manifestants, a également connu des heurts et des dégradations en fin de défilé.

Des heurts se sont produits à Dijon, Montpellier et à Avignon, ou encore dans l'Ouest, où plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont manifesté. Des échauffourées ont éclaté entre forces de l'ordre et protestataires, notamment à Nantes et Évreux.

A Paris, ils étaient 4.000, contre 7.000 samedi dernier, selon la même source. Aucun autre comptage sur la France n'était disponible à ce stade hormis celui du ministère.