Pour le troisième soir consécutif, le nombre de patients en réanimation a enregistré une baisse en 24 heures, avec 6.883 patients, soit 121 de moins que la veille. 31.320 hospitalisations sont, tout de même, en cours. Un chiffre important pour mesurer la tension sur les services de réanimation. "C'est une nouvelle très légère diminution" qui "va soulager nos soignants en particulier en réanimation", a confirmé le Pr Salomon, se gardant de tout excès d'optimisme.

"Un très haut plateau épidémique semble se dessiner. Nous devons absolument continuer à rester vigilants", a-t-il souligné lors de son point de presse quotidien, rappelant que "la pression hospitalière reste forte" avec plus de 2.000 nouvelles hospitalisations dans l'Hexagone.

Parmi les 13.832 décès enregistrés, 8.943 ont été recensés dans les l'hôpitaux tandis que 4.889 étaient en Ehpad (établissements pour personnes âgées et autres sites médico-sociaux).

"L'heure n'est pas au déconfinement (...). Nous avons bien le temps de réfléchir aux modalités optimales" de déconfinement, a-t-il insisté, alors que le président français Emmanuel Macron devrait préciser lundi soir la durée de la prolongation au-delà du 15 avril de ce confinement instauré le 17 mars.

Pour le troisième soir consécutif, le nombre de patients en réanimation a enregistré une baisse en 24 heures, avec 6.883 patients, soit 121 de moins que la veille. 31.320 hospitalisations sont, tout de même, en cours. Un chiffre important pour mesurer la tension sur les services de réanimation. "C'est une nouvelle très légère diminution" qui "va soulager nos soignants en particulier en réanimation", a confirmé le Pr Salomon, se gardant de tout excès d'optimisme."Un très haut plateau épidémique semble se dessiner. Nous devons absolument continuer à rester vigilants", a-t-il souligné lors de son point de presse quotidien, rappelant que "la pression hospitalière reste forte" avec plus de 2.000 nouvelles hospitalisations dans l'Hexagone. Parmi les 13.832 décès enregistrés, 8.943 ont été recensés dans les l'hôpitaux tandis que 4.889 étaient en Ehpad (établissements pour personnes âgées et autres sites médico-sociaux)."L'heure n'est pas au déconfinement (...). Nous avons bien le temps de réfléchir aux modalités optimales" de déconfinement, a-t-il insisté, alors que le président français Emmanuel Macron devrait préciser lundi soir la durée de la prolongation au-delà du 15 avril de ce confinement instauré le 17 mars.