Rémy Buisine, le journaliste du médias français Brut, était au coeur de la manifestation pour le personnel soignant qui s'est déroulé ce mardi 16 juin à Paris. Il a filmé une scène qui a choqué les internautes: l'arrestation musclée d'une infirmière. Dans un tweet, le journaliste écrit "une femme en blouse blanche, tirée par les cheveux, durant une interpellation, finira évacuée le visage en sang durant la manifestation aux Invalides. Elle réclamera à plusieurs reprises sa Ventoline."

"Une femme, infirmière de profession, a été interpellée pour outrage et jets de projectiles sur les forces de l'ordre", a rapporté, de son côté, à l'Agence France-Presse (AFP) une source policière alors que plusieurs vidéos de cette interpellation circulaient sur les réseaux sociaux. D'autres vidéos montrent la même personne quelques minutes avant son interpellation jeter des projectiles en direction des forces de l'ordre. Selon un journaliste du Monde, l'infirmière en question a été placée en garde à vue pour outrage, rébellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. "Un policier atteint par un de ces projectiles déposera plainte" mercredi, a précisé à l'AFP la même source policière.

Après trois mois de crise sanitaire, médecins, aides-soignants et infirmiers ont manifesté par dizaines de milliers mardi un peu partout en France pour rappeler le gouvernement ses promesses pour le secteur. Des affrontements ont terni plusieurs de ces manifestations. Dans la capitale française où quelque 18.000 personnes ont manifesté, des échauffourées ont éclaté en fin de parcours. La police a fait état de 32 interpellations. Les forces de l'ordre ont répliqué à des jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymo contre des manifestants violents, parmi lesquels des "antifas" et des blackblocs, selon un journaliste de l'AFP. Des véhicules ont été renversés.

Rémy Buisine, le journaliste du médias français Brut, était au coeur de la manifestation pour le personnel soignant qui s'est déroulé ce mardi 16 juin à Paris. Il a filmé une scène qui a choqué les internautes: l'arrestation musclée d'une infirmière. Dans un tweet, le journaliste écrit "une femme en blouse blanche, tirée par les cheveux, durant une interpellation, finira évacuée le visage en sang durant la manifestation aux Invalides. Elle réclamera à plusieurs reprises sa Ventoline.""Une femme, infirmière de profession, a été interpellée pour outrage et jets de projectiles sur les forces de l'ordre", a rapporté, de son côté, à l'Agence France-Presse (AFP) une source policière alors que plusieurs vidéos de cette interpellation circulaient sur les réseaux sociaux. D'autres vidéos montrent la même personne quelques minutes avant son interpellation jeter des projectiles en direction des forces de l'ordre. Selon un journaliste du Monde, l'infirmière en question a été placée en garde à vue pour outrage, rébellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. "Un policier atteint par un de ces projectiles déposera plainte" mercredi, a précisé à l'AFP la même source policière. Après trois mois de crise sanitaire, médecins, aides-soignants et infirmiers ont manifesté par dizaines de milliers mardi un peu partout en France pour rappeler le gouvernement ses promesses pour le secteur. Des affrontements ont terni plusieurs de ces manifestations. Dans la capitale française où quelque 18.000 personnes ont manifesté, des échauffourées ont éclaté en fin de parcours. La police a fait état de 32 interpellations. Les forces de l'ordre ont répliqué à des jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymo contre des manifestants violents, parmi lesquels des "antifas" et des blackblocs, selon un journaliste de l'AFP. Des véhicules ont été renversés.