Angela Merkel, gestionnaire pondérée mais pharaonne de l'inertie européenne, en a tiré la conclusion correcte : " Les temps où nous pouvions nous appuyer sur les autres sont révolus. " Cependant, comme toujours, il ne se passe pas grand-chose. Pourtant, la menace apparaît très réelle. Contrairement aux illusions courantes, le défi posé par Trump dépasse de loin sa seule personne. La majorité des cadres républicains sont devenus des supporters de Poutine, et des restrictions au droit de vote. Des dizaines de millions d'électeurs républicains soutiennent les outrances racistes et judiciaires de Trump. Lui-même peut partir demain,...