Les huit experts miniers attendaient depuis plusieurs jours que soit achevé le tunnel vertical, creusé parallèlement au puits profond et étroit où est tombé le petit garçon. Les experts estiment que Julen, dont on n'a aucune preuve de vie depuis sa chute, est coincé sous un amas de pierres et de terre à quelque 70 mètres de profondeur.

Les mineurs ont mis seize heures à forer une galerie de 1,5 mètre sur les 3,8 qui les séparent de Julen. Les spécialistes de la Guardia Civil ont dû provoquer deux micro-explosions en raison de la dureté du terrain. Malgré ces difficultés qui ralentissent l'opération, les sauveteurs restent optimistes et espèrent retrouver l'enfant, assure le porte-parole de la Guardia Civil, Jorge Martin au journal El Mundo.

Opération dangereuse

C'est la partie la plus dangereuse de l'opération de sauvetage, qui implique huit mineurs des Asturies. Toutes les 40 minutes, ces derniers descendent deux par deux dans une cage métallique, transportant leur propre oxygène. Dix membres de la Guardia Civil et huit pompiers sont également sur place pour offrir une aide logistique. Un hélicoptère médicalisé a également été affreté près de l'endroit de sauvetage.

"Ce sont les meilleurs spécialistes de notre pays", a déclaré le président du Consortium provincial des pompiers de Malaga (CPB) et député, Francisco Delgado Bonilla au journal espagnol El Mundo, qui affirme que tout est fait pour que l'opération se passe en toute sécurité.

Avec l'AFP

Les huit experts miniers attendaient depuis plusieurs jours que soit achevé le tunnel vertical, creusé parallèlement au puits profond et étroit où est tombé le petit garçon. Les experts estiment que Julen, dont on n'a aucune preuve de vie depuis sa chute, est coincé sous un amas de pierres et de terre à quelque 70 mètres de profondeur. Les mineurs ont mis seize heures à forer une galerie de 1,5 mètre sur les 3,8 qui les séparent de Julen. Les spécialistes de la Guardia Civil ont dû provoquer deux micro-explosions en raison de la dureté du terrain. Malgré ces difficultés qui ralentissent l'opération, les sauveteurs restent optimistes et espèrent retrouver l'enfant, assure le porte-parole de la Guardia Civil, Jorge Martin au journal El Mundo. Opération dangereuse C'est la partie la plus dangereuse de l'opération de sauvetage, qui implique huit mineurs des Asturies. Toutes les 40 minutes, ces derniers descendent deux par deux dans une cage métallique, transportant leur propre oxygène. Dix membres de la Guardia Civil et huit pompiers sont également sur place pour offrir une aide logistique. Un hélicoptère médicalisé a également été affreté près de l'endroit de sauvetage. "Ce sont les meilleurs spécialistes de notre pays", a déclaré le président du Consortium provincial des pompiers de Malaga (CPB) et député, Francisco Delgado Bonilla au journal espagnol El Mundo, qui affirme que tout est fait pour que l'opération se passe en toute sécurité.Avec l'AFP