Dans la commune la plus au nord du monde, les habitants luttent contre le réchauffement climatique (En images)

Ancienne cité minière tout au nord de notre planète, Longyearbyen se défait petit à petit de son manteau blanc sous l'effet du réchauffement climatique. Face à l'indéniable, les habitants font rempart comme ils peuvent.

Alors que la nuit polaire est tombée depuis un mois sur Longyearbyen, la neige, elle, ne vient pas. La ville a même connu des épisodes de pluies torrentielles. Une première dans l'histoire de la cité. © Axelle De Russé

A seulement mille kilomètres du pôle Nord, Longyearbyen est la commune la plus septentrionale au monde. Elle est située sur l'île de Spitzberg, dans l'archipel du Svalbard (Norvège). Ici, les 2 500 habitants cohabitent avec les rennes, se déplacent en motoneige ou tirés par des chiens de traîneaux. Longyearbyen est surtout la sentinelle du réchauffement climatique, un village témoin des effets dévastateurs de l'augmentation des températures.

Car l'Arctique se réchauffe plus vite que n'importe quelle autre partie du globe. Au fil des mois, les habitants voient leur environnement se modifier et doivent adapter leur mode de vie. Fin 2016, ils ont constaté un pic de 14 degrés au-dessus des normales de saison. Ce phénomène entraîne des conséquences catastrophiques. Les glaciers qui entourent le village fondent à vue d'oeil, pêcheurs, scientifiques et aventuriers regardent avec stupéfaction l'arrivée de nouvelles espèces de poissons, comme le maquereau.

Les citoyens doivent redoubler de vigilance face à la menace des quelque 3 000 ours polaires, qui migrent depuis l'est de l'île où la couche de glace se réduit de plus en plus. Mais, loin d'être fatalistes, ils luttent à leur façon pour faire face à cette réalité nouvelle.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Alors que la nuit polaire est tombée depuis un mois sur Longyearbyen, la neige, elle, ne vient pas. La ville a même connu des épisodes de pluies torrentielles. Une première dans l'histoire de la cité.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

A Longyearbyen, les flaques d'eau grandissent à vue d'oeil. L'inquiétude gagne peu à peu les villageois.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Une école à midi. Longyearbyen est la ville habitée la plus septentrionale au monde. Les enfants grandissent au rythme polaire, plongés dans le noir quatre mois durant.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Eclairée par une lampe frontale, la silhouette d'Orjan, jeune guide de 27 ans, plonge dans le labyrinthe du glacier. L'obscurité est totale, alors qu'en novembre, il y a toujours de la neige pour réfléchir la lumière.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Leif Magne Helgesen est le pasteur du Svalbard. Il aime prêcher en plein air, face aux glaciers, dans ce qu'il appelle " la plus belle cathédrale du monde ". Il considère que science et religion doivent s'allier contre le changement climatique.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

La nuit polaire a enfin retrouvé son vrai visage, nappée dans la neige. La vie reprend enfin son cours à Longyearbyen, mais chacun sait que les changements sont là, quotidiens, perceptibles, et qu'il faut y faire face.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Wiggo a quitté Oslo il y a dix ans pour s'installer à Longyearbyen. Fatigué des embouteillages, de l'hyperconsommation et de la pollution, il a choisi cet endroit isolé de tout, où il est devenu chauffeur de taxi.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Longyearbyen est une ancienne cité minière, connue pour ses réserves de charbon. Ici, des camions approvisionnent un paquebot. Or, l'exploitation du combustible est responsable de 30 % des émissions mondiales de CO2. Face aux critiques et à la faible rentabilité de l'industrie, le Svalbard a fermé la plupart des mines.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

La base scientifique d'Hornsund se trouve au sud-ouest de l'archipel du Spitzberg, en plein coeur d'une zone protégée. Son équilibre fragile est en danger. La banquise de l'Arctique a perdu une surface équivalente à la superficie de l'Afrique du Sud depuis 1981.

Ainsi fond, fond, fond... © Axelle De Russé

Raphaël est guide. Il se rend régulièrement au champ de tir pour apprendre aux visiteurs à tirer. Car au Svalbard, il est interdit de sortir de la ville sans fusil. Les villageois doivent s'armer face à la menace des ours polaires, qui migrent à la recherche de nouveaux territoires.