Un Conseil de défense sanitaire s'est tenu à la mi-journée pour répondre à une situation sanitaire qui n'a cessé de se dégrader au cours des dernières semaines. Le Premier ministre français Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse à 19h00 pour détailler les mesures décidées. Mais de source gouvernementale, ils ne devraient pas annoncer de changements de règles importants.

Principale décision: le protocole dans les écoles primaires passe au "niveau 3". Cela signifie essentiellement que le port du masque devient obligatoire à l'extérieur, la limitation du brassage est renforcée à la cantine et les activités physiques limitées en intérieur. Alors que le taux d'incidence explose chez les enfants, le gouvernement a écarté une mesure plus drastique, pourtant sur la table, qui aurait été de fermer les écoles une semaine avant les vacances de Noël.

Quant à la vaccination des 5-11 ans, elle est régulièrement évoquée mais le gouvernement attend les avis du Conseil national d'éthique et de la Haute autorité de santé (HAS).

Mobiliser autour de la vaccination et des gestes barrières

L'idée, selon une source gouvernementale, est surtout de mobiliser autour de la vaccination et des gestes barrières pour passer les fêtes de fin d'année, avec notamment le renforcement de la possibilité d'avoir recours au télétravail.

A la faveur d'un variant Delta très contagieux et d'une efficacité vaccinale qui s'émousse avec le temps, le nombre de nouveaux cas quotidiens en France se compte désormais en dizaine de milliers avec 42.252 cas dimanche. Plus inquiétant, le nombre de patients hospitalisés est aujourd'hui supérieur à 11.000, un seuil qui n'avait plus été atteint depuis la fin août.

Plusieurs hôpitaux ont réactivé leur "plan blanc", mesure qui permet la déprogrammation d'opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels.

Pour ne rien arranger, la propagation du variant Omicron, possiblement plus contagieux et résistant aux vaccins, pèse comme une épée de Damoclès. Vingt-cinq cas sont désormais confirmés en France, selon le dernier bilan officiel des autorités sanitaires. Un bilan appelé à évoluer rapidement.

Un Conseil de défense sanitaire s'est tenu à la mi-journée pour répondre à une situation sanitaire qui n'a cessé de se dégrader au cours des dernières semaines. Le Premier ministre français Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse à 19h00 pour détailler les mesures décidées. Mais de source gouvernementale, ils ne devraient pas annoncer de changements de règles importants. Principale décision: le protocole dans les écoles primaires passe au "niveau 3". Cela signifie essentiellement que le port du masque devient obligatoire à l'extérieur, la limitation du brassage est renforcée à la cantine et les activités physiques limitées en intérieur. Alors que le taux d'incidence explose chez les enfants, le gouvernement a écarté une mesure plus drastique, pourtant sur la table, qui aurait été de fermer les écoles une semaine avant les vacances de Noël.Quant à la vaccination des 5-11 ans, elle est régulièrement évoquée mais le gouvernement attend les avis du Conseil national d'éthique et de la Haute autorité de santé (HAS).Mobiliser autour de la vaccination et des gestes barrières L'idée, selon une source gouvernementale, est surtout de mobiliser autour de la vaccination et des gestes barrières pour passer les fêtes de fin d'année, avec notamment le renforcement de la possibilité d'avoir recours au télétravail. A la faveur d'un variant Delta très contagieux et d'une efficacité vaccinale qui s'émousse avec le temps, le nombre de nouveaux cas quotidiens en France se compte désormais en dizaine de milliers avec 42.252 cas dimanche. Plus inquiétant, le nombre de patients hospitalisés est aujourd'hui supérieur à 11.000, un seuil qui n'avait plus été atteint depuis la fin août. Plusieurs hôpitaux ont réactivé leur "plan blanc", mesure qui permet la déprogrammation d'opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels. Pour ne rien arranger, la propagation du variant Omicron, possiblement plus contagieux et résistant aux vaccins, pèse comme une épée de Damoclès. Vingt-cinq cas sont désormais confirmés en France, selon le dernier bilan officiel des autorités sanitaires. Un bilan appelé à évoluer rapidement.