La situation de l'épidémie de Covid-19 continue de se dégrader dans l'Union européenne et est considérée comme "très inquiétante" dans dix pays et "inquiétante" dans dix autres, a indiqué vendredi l'agence européenne chargée des maladies.

"La situation épidémiologique dans l'UE est actuellement caractérisée par une hausse rapide et importante des cas et un taux de mortalité faible mais en lente hausse", résume le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) dans sa dernière évaluation des risques.

"Les cas, les hospitalisations et le nombre de morts devraient tous augmenter au cours des deux prochaines semaines", souligne l'agence européenne basée à Stockholm.

Parmi les 27, la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie sont dans la catégorie de préoccupation la plus élevée.

Dans les pays figurant dans la catégorie "inquiétante", on trouve l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Finlande, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovaquie.

Trois pays sont dans la catégorie "inquiétude modérée" (France, Portugal, Chypre) tandis que quatre pays sont en inquiétude faible (Italie, Espagne, Suède et Malte).

La méthode employée par l'ECDC pour les catégories de préoccupation mêle les valeurs absolues (nombre de cas, d'hospitalisations et de morts) mais aussi leur évolution récente.

Selon ses dernières projections, le nombre de cas et de décès devraient augmenter d'environ 50% au cours des deux prochaines semaines, pour atteindre un rythme hebdomadaire de 300 nouveaux cas et 2,7 décès pour 100.000 habitants.

Pour les trois autres pays hors UE suivis par l'agence (Norvège, Islande et Liechtenstein), la situation est jugée "inquiétante".

La situation de l'épidémie de Covid-19 continue de se dégrader dans l'Union européenne et est considérée comme "très inquiétante" dans dix pays et "inquiétante" dans dix autres, a indiqué vendredi l'agence européenne chargée des maladies."La situation épidémiologique dans l'UE est actuellement caractérisée par une hausse rapide et importante des cas et un taux de mortalité faible mais en lente hausse", résume le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) dans sa dernière évaluation des risques."Les cas, les hospitalisations et le nombre de morts devraient tous augmenter au cours des deux prochaines semaines", souligne l'agence européenne basée à Stockholm.Parmi les 27, la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie sont dans la catégorie de préoccupation la plus élevée.Dans les pays figurant dans la catégorie "inquiétante", on trouve l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Finlande, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovaquie.Trois pays sont dans la catégorie "inquiétude modérée" (France, Portugal, Chypre) tandis que quatre pays sont en inquiétude faible (Italie, Espagne, Suède et Malte).La méthode employée par l'ECDC pour les catégories de préoccupation mêle les valeurs absolues (nombre de cas, d'hospitalisations et de morts) mais aussi leur évolution récente.Selon ses dernières projections, le nombre de cas et de décès devraient augmenter d'environ 50% au cours des deux prochaines semaines, pour atteindre un rythme hebdomadaire de 300 nouveaux cas et 2,7 décès pour 100.000 habitants. Pour les trois autres pays hors UE suivis par l'agence (Norvège, Islande et Liechtenstein), la situation est jugée "inquiétante".