Si l'on prend en considération le taux de vaccination parmi la population adulte en Europe, il faut descendre à la 18e position du classement pour trouver un pays de l'Est, la Lituanie. L'ancienne république soviétique affiche un taux de vaccination de 68,3%. Aucun pays de l'Est n'atteint les 70%. Parmi les pays de l'Ouest, seuls la Grèce (67,4%) et le Liechtenstein (65,9%) présentent une couverture vaccinale plus faible.
...

Si l'on prend en considération le taux de vaccination parmi la population adulte en Europe, il faut descendre à la 18e position du classement pour trouver un pays de l'Est, la Lituanie. L'ancienne république soviétique affiche un taux de vaccination de 68,3%. Aucun pays de l'Est n'atteint les 70%. Parmi les pays de l'Ouest, seuls la Grèce (67,4%) et le Liechtenstein (65,9%) présentent une couverture vaccinale plus faible. Quatre pays, le Danemark, l'Irlande, l'Islande, et le Portugal affichent un taux de plus de 90%. Ils sont suivis de la Belgique (85,1%) et de la Norvège (également 85,1%). Tous les pays européens atteignent un taux de vaccination de 50%, hormis la Roumanie (33,5%), et la Bulgarie (23,1%). Selon Ivan Krastev, politologue bulgare et membre fondateur du Conseil européen des relations internationales, la Bulgarie est confrontée à une profonde hésitation à se faire vacciner, alimentée par l'instabilité politique, les théories du complot et un manque de confiance dans les autorités. "Ils ont les vaccins. Tous ceux qui veulent se faire vacciner le peuvent", déclare-t-il à CNN."Il y a une grande méfiance, et cela vaut aussi bien pour la Bulgarie que pour la Roumanie. Même parmi la communauté médicale, les médecins, et les infirmiers, beaucoup hésitent à se faire vacciner, il n'est donc pas surprenant que la société dans son ensemble hésite également", ajoute-t-il.Conditions de guerre dans les hôpitaux La situation épidémiologique est pourtant catastrophique en Roumanie, qui est également en proie à une crise politique. Plusieurs médecins évoquent des "conditions de guerre" dans les hôpitaux. Plus de 12.000 nouveaux cas ont ainsi été recensés en 24 heures ce week-end, un record depuis le début de la pandémie, qui a au total fait 36.677 morts (pour 21 millions d'habitants). La Bulgarie connaît également un pic de contaminations : elle affiche une incidence (le nombre de cas de Covid par 100 000 habitants) de 310,57 et de 139,11 décès par 100 000 habitants. À ce jour, l'ancienne république communiste compte plus de 21 000 morts pour moins de 7 millions d'habitants. Anna Nici?ska, assistante en sciences économiques à l'Université de Varsovie, explique que l'histoire joue un rôle important dans l'hésitation vaccinale. La scientifique a analysé les données de systèmes de soins de santé et d'autorités médicales de 100 pays. Elle constate que la méfiance est beaucoup plus importante dans les nations au passé de communisme de type soviétique. "Les personnes exposées au communisme soviétique font moins confiance aux autres, au gouvernement et aussi aux systèmes de santé, leur expérience leur inculque une méfiance à l'égard du domaine public et de tout ce qui est officiel", explique-t-elle à CNN.