Le ministère de la Santé comptait mardi 63 morts en sept jours. Les nouveaux décès recensés n'ont pas nécessairement eu lieu en 24h car beaucoup sont notifiés avec retard.

Le nombre de nouveaux cas a lui aussi bondit avec 6.700 de plus positifs recensés en 24H, portant le total à plus de 370.000, le nombre le plus élevé d'Europe occidentale.

Le pays connait ainsi un taux de contagion bien plus élevé que ses voisins européens avec 130 cas pour 100.000 habitants sur deux semaines, contre 43 en France et 17 en Allemagne, d'après un calcul de l'AFP à partir de données officielles.

Face à cette nouvelle vague, le pays a décidé vendredi la fermeture des boîtes de nuit et l'interdiction de fumer dans la rue si une distance de sécurité de deux mètres ne peut pas être respectée, s'ajoutant à l'obligation déjà généralisée du port du masque.

Mais chacune des 17 régions du pays doit mettre ces décisions en oeuvre. Alors que Madrid a enregistré plus de nouveaux cas (17.873) sur les 14 derniers jours que n'importe quelle région, le décret d'application n'entrera en vigueur que ce mercredi à minuit, soit deux jours après la Catalogne.

La gestion de l'épidémie par la région est très critiquée, notamment par les enseignants qui préparent la rentrée. Dénonçant "le manque de mesures adéquates" pour protéger les écoles, les syndicats d'enseignants de la capitale ont appelé mercredi à la grève en septembre.

Dans la région de Madrid, le nombre de cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours est deux fois supérieur à la moyenne nationale d'après le dernier bilan du ministère de la Santé. Ce taux régional a quadruplé, passant de 66 au 4 août à 268 mercredi.

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés a plus que triplé en deux semaines, atteignant 963 personnes dont 101 en soins intensifs le 18 août, selon les dernières données des autorités régionales.

Cependant, l'Espagne multiplie les tests et une grande partie des nouveaux cas détectés sont asymptomatiques.

La létalité du virus a aussi considérablement diminué: depuis la fin du confinement le 21 juin, 474 décès ont été enregistrés sur les plus de 28.600 morts officiellement comptabilisés depuis le début de la pandémie.

Le ministère de la Santé comptait mardi 63 morts en sept jours. Les nouveaux décès recensés n'ont pas nécessairement eu lieu en 24h car beaucoup sont notifiés avec retard.Le nombre de nouveaux cas a lui aussi bondit avec 6.700 de plus positifs recensés en 24H, portant le total à plus de 370.000, le nombre le plus élevé d'Europe occidentale.Le pays connait ainsi un taux de contagion bien plus élevé que ses voisins européens avec 130 cas pour 100.000 habitants sur deux semaines, contre 43 en France et 17 en Allemagne, d'après un calcul de l'AFP à partir de données officielles.Face à cette nouvelle vague, le pays a décidé vendredi la fermeture des boîtes de nuit et l'interdiction de fumer dans la rue si une distance de sécurité de deux mètres ne peut pas être respectée, s'ajoutant à l'obligation déjà généralisée du port du masque. Mais chacune des 17 régions du pays doit mettre ces décisions en oeuvre. Alors que Madrid a enregistré plus de nouveaux cas (17.873) sur les 14 derniers jours que n'importe quelle région, le décret d'application n'entrera en vigueur que ce mercredi à minuit, soit deux jours après la Catalogne.La gestion de l'épidémie par la région est très critiquée, notamment par les enseignants qui préparent la rentrée. Dénonçant "le manque de mesures adéquates" pour protéger les écoles, les syndicats d'enseignants de la capitale ont appelé mercredi à la grève en septembre.Dans la région de Madrid, le nombre de cas pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours est deux fois supérieur à la moyenne nationale d'après le dernier bilan du ministère de la Santé. Ce taux régional a quadruplé, passant de 66 au 4 août à 268 mercredi.Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés a plus que triplé en deux semaines, atteignant 963 personnes dont 101 en soins intensifs le 18 août, selon les dernières données des autorités régionales.Cependant, l'Espagne multiplie les tests et une grande partie des nouveaux cas détectés sont asymptomatiques.La létalité du virus a aussi considérablement diminué: depuis la fin du confinement le 21 juin, 474 décès ont été enregistrés sur les plus de 28.600 morts officiellement comptabilisés depuis le début de la pandémie.