Terre d'exil

Les Bulgares ont massivement émigré à la suite de la transition démocratique de 1989, un mouvement encore amplifié par l'adhésion à l'Union européenne (UE) en 2007.

Alors que le pays frôlait les 9 millions d'habitants à la sortie du communisme, il n'en comptait plus que 6,95 millions en 2019, ce qui le classe parmi les champions du dépeuplement dans le monde.

Pénalisée par la pénurie de main-d'oeuvre et la fuite des cerveaux, la Bulgarie reste à ce jour le membre le plus pauvre et le plus inégalitaire de l'UE mais espère rejoindre la zone euro d'ici à 2024.

Le salaire moyen s'élève à 750 euros par mois, soit la moitié de la moyenne européenne.

Bakchich

La corruption endémique est l'autre mal qui ronge la Bulgarie, lanterne rouge de l'UE dans ce domaine selon l'ONG Transparency International.

Médecine, éducation, justice, police: bakchich et argent sale empoisonnent la vie quotidienne des Bulgares, ulcérés par les privilèges d'une classe politique menant souvent grand train.

Appartements acquis à des prix dérisoires, villas construites sur fonds européens, passe-droits et pots-de-vin ont fait sortir dans la rue des milliers de protestataires l'été dernier. Et l'actuel gouvernement intérimaire a mis au grand jour de nombreux cas de détournements de fonds publics.

Pays russophile à forte minorité musulmane

Les Bulgares regardent souvent vers Moscou. Ils sont slaves et chrétiens orthodoxes comme les Russes et les deux pays utilisent l'alphabet cyrillique. Cette proximité culturelle est renforcée par des liens historiques, la Russie ayant libéré la Bulgarie de cinq siècles de domination ottomane en 1878.

Une minorité musulmane (environ 13% de la population) demeure de cette époque, malgré les tentatives d'assimilation forcée sous le communisme.

Représentés par un parti politique, le MDL, les musulmans bulgares rassemblent les Turcs, les Pomaks (descendants des Bulgares convertis durant la période ottomane) et une partie des Roms.

Sofia entretient des relations privilégiées avec la Russie, perçue majoritairement positivement par la population bulgare.

Cette proximité se traduit également par une dépendance énergétique héritée de l'Union soviétique, dont la Bulgarie fut un satellite. Malgré les objections américaines, Sofia a prolongé le gazoduc TurkStream transportant du gaz russe par son territoire.

Le yaourt et la rose

Ce pays largement montagneux se targue d'être la patrie du yaourt, dont la paternité est aussi revendiquée par la Turquie. C'est un chercheur bulgare, Stamen Grigorov, qui découvrit en 1905 la bactérie lactobacillus bulgaricus, incontournable dans la fermentation du lait.

Autre fierté, la Bulgarie est un des principaux producteurs de la variété de rose "Rosa damascena", dont l'essence est irremplaçable pour les grands parfumeurs mondiaux. Les Bulgares en font de la confiture et même une eau de vie.

C'est aussi le berceau de la civilisation thrace (du 4e millénaire avant J.C. au 3e siècle après J.C), qui s'est rendue célèbre pour la production d'objets exquis en or.

Rites païens

Le calendrier orthodoxe a conservé de nombreuses traditions d'origine païenne héritées de l'ère pré-chrétienne de la Bulgarie, dont le nom apparaît pour la première fois dès l'an 681.

A la fin de l'hiver, des habitants déguisés en monstres - koukeri - chassent les mauvais esprits.

Puis en juin, une danse purifiante - nestinarstvo - est effectuée pieds nus sur des braises ardentes à la fête des saints Constantin et Hélène.

Les Bulgares ont massivement émigré à la suite de la transition démocratique de 1989, un mouvement encore amplifié par l'adhésion à l'Union européenne (UE) en 2007. Alors que le pays frôlait les 9 millions d'habitants à la sortie du communisme, il n'en comptait plus que 6,95 millions en 2019, ce qui le classe parmi les champions du dépeuplement dans le monde. Pénalisée par la pénurie de main-d'oeuvre et la fuite des cerveaux, la Bulgarie reste à ce jour le membre le plus pauvre et le plus inégalitaire de l'UE mais espère rejoindre la zone euro d'ici à 2024. Le salaire moyen s'élève à 750 euros par mois, soit la moitié de la moyenne européenne.La corruption endémique est l'autre mal qui ronge la Bulgarie, lanterne rouge de l'UE dans ce domaine selon l'ONG Transparency International. Médecine, éducation, justice, police: bakchich et argent sale empoisonnent la vie quotidienne des Bulgares, ulcérés par les privilèges d'une classe politique menant souvent grand train.Appartements acquis à des prix dérisoires, villas construites sur fonds européens, passe-droits et pots-de-vin ont fait sortir dans la rue des milliers de protestataires l'été dernier. Et l'actuel gouvernement intérimaire a mis au grand jour de nombreux cas de détournements de fonds publics.Les Bulgares regardent souvent vers Moscou. Ils sont slaves et chrétiens orthodoxes comme les Russes et les deux pays utilisent l'alphabet cyrillique. Cette proximité culturelle est renforcée par des liens historiques, la Russie ayant libéré la Bulgarie de cinq siècles de domination ottomane en 1878. Une minorité musulmane (environ 13% de la population) demeure de cette époque, malgré les tentatives d'assimilation forcée sous le communisme.Représentés par un parti politique, le MDL, les musulmans bulgares rassemblent les Turcs, les Pomaks (descendants des Bulgares convertis durant la période ottomane) et une partie des Roms. Sofia entretient des relations privilégiées avec la Russie, perçue majoritairement positivement par la population bulgare.Cette proximité se traduit également par une dépendance énergétique héritée de l'Union soviétique, dont la Bulgarie fut un satellite. Malgré les objections américaines, Sofia a prolongé le gazoduc TurkStream transportant du gaz russe par son territoire. Ce pays largement montagneux se targue d'être la patrie du yaourt, dont la paternité est aussi revendiquée par la Turquie. C'est un chercheur bulgare, Stamen Grigorov, qui découvrit en 1905 la bactérie lactobacillus bulgaricus, incontournable dans la fermentation du lait.Autre fierté, la Bulgarie est un des principaux producteurs de la variété de rose "Rosa damascena", dont l'essence est irremplaçable pour les grands parfumeurs mondiaux. Les Bulgares en font de la confiture et même une eau de vie.C'est aussi le berceau de la civilisation thrace (du 4e millénaire avant J.C. au 3e siècle après J.C), qui s'est rendue célèbre pour la production d'objets exquis en or.Le calendrier orthodoxe a conservé de nombreuses traditions d'origine païenne héritées de l'ère pré-chrétienne de la Bulgarie, dont le nom apparaît pour la première fois dès l'an 681.A la fin de l'hiver, des habitants déguisés en monstres - koukeri - chassent les mauvais esprits. Puis en juin, une danse purifiante - nestinarstvo - est effectuée pieds nus sur des braises ardentes à la fête des saints Constantin et Hélène.