"Notre volonté de trouver un compromis n'est pas sans limites. Nous quittons l'Union européenne pour de bon, pas seulement sur le papier", doit-il dire devant le Parti conservateur réuni en congrès à Birmingham (centre de l'Angleterre), selon des extraits de son intervention transmis à l'avance à la presse.

"Si l'on tente de nous enfermer en passant par la porte dérobée de l'Espace économique européen et de l'union douanière (...) ou si la seule offre de l'UE menace l'intégrité de notre union, alors nous n'aurons d'autre choix que de partir sans accord", doit-il ajouter.

M. Raab fait allusion à la question de la frontière irlandaise. Alors que l'UE propose la création d'un statut particulier pour la province britannique d'Irlande du Nord, afin de faciliter la circulation avec la République d'Irlande, Londres rejette cette idée qui risque d'instaurer une frontière à l'intérieur du Royaume-Uni.

Dimanche, la Première ministre britannique Theresa May avait dit à la BBC vouloir poursuivre le dialogue avec Bruxelles.

"Mon état d'esprit est d'écouter ce que l'UE a à dire quant à ses préoccupations, et de m'asseoir pour les examiner directement avec eux", avait-elle expliqué.

AFP