"La porte de M. Barnier est toujours ouverte", a déclaré un porte-parole européen, à propos des visites de MM. Barclay lundi et Corbyn jeudi.

La Première ministre britannique Theresa May, qui a essuyé une défaite jeudi soir au Parlement sur le Brexit, pourrait également venir à Bruxelles mais sa visite n'a pas été confirmée.

Londres doit quitter l'Union européenne le 29 mars. Theresa May cherche à renégocier l'accord de divorce, pourtant entériné avec les 27 en novembre 2018, ce que refuse fermement Bruxelles.

Ouverts toutefois à des discussions sur la déclaration politique, qui jette les bases de la relation future après le divorce entre Londres et le bloc, les Européens disent "toujours attendre" des propositions "concrètes et réalistes" de la part de Londres, comme l'a répété mardi Donald Tusk, le président du Conseil européen.

MM. Barnier comme Tusk ont jugé intéressante la position de Jeremy Corbyn, qui propose notamment que Londres reste dans l'union douanière avec les 27.

"La porte de M. Barnier est toujours ouverte", a déclaré un porte-parole européen, à propos des visites de MM. Barclay lundi et Corbyn jeudi.La Première ministre britannique Theresa May, qui a essuyé une défaite jeudi soir au Parlement sur le Brexit, pourrait également venir à Bruxelles mais sa visite n'a pas été confirmée.Londres doit quitter l'Union européenne le 29 mars. Theresa May cherche à renégocier l'accord de divorce, pourtant entériné avec les 27 en novembre 2018, ce que refuse fermement Bruxelles.Ouverts toutefois à des discussions sur la déclaration politique, qui jette les bases de la relation future après le divorce entre Londres et le bloc, les Européens disent "toujours attendre" des propositions "concrètes et réalistes" de la part de Londres, comme l'a répété mardi Donald Tusk, le président du Conseil européen.MM. Barnier comme Tusk ont jugé intéressante la position de Jeremy Corbyn, qui propose notamment que Londres reste dans l'union douanière avec les 27.