Certaines des dernières propositions de la Première ministre britannique Theresa May montrent "une évolution positive dans l'approche du Royaume-Uni ainsi que sa volonté de minimiser les effets négatifs du Brexit", notamment en matière de sécurité et de politique étrangère, a relevé M. Tusk.

Mais sur des sujets comme "la question irlandaise ou le cadre de la coopération économique, les propositions du Royaume-Uni devront être retravaillées", a-t-il souligné avant une rencontre des dirigeants des pays de l'UE à Salzbourg (Autriche).

"Aujourd'hui, il y a davantage d'espoir peut-être, mais il y a sûrement de moins en moins de temps" pour conclure un accord, a estimé le président du Conseil, confirmant vouloir proposer un sommet extraordinaire sur le Brexit "vers la mi-novembre".

Concernant la question migratoire, l'autre sujet majeur au programme du sommet de Salzbourg mercredi et jeudi, M. Tusk a une nouvelle fois adjuré les Vingt-Huit de mettre fin au "jeu des reproches" qui les divise.

"Malgré la rhétorique agressive, les choses vont dans la bonne direction", avec des arrivées clandestines aujourd'hui inférieures à leur niveau d'"avant la crise migratoire" de 2015, a-t-il précisé.

Certaines des dernières propositions de la Première ministre britannique Theresa May montrent "une évolution positive dans l'approche du Royaume-Uni ainsi que sa volonté de minimiser les effets négatifs du Brexit", notamment en matière de sécurité et de politique étrangère, a relevé M. Tusk.Mais sur des sujets comme "la question irlandaise ou le cadre de la coopération économique, les propositions du Royaume-Uni devront être retravaillées", a-t-il souligné avant une rencontre des dirigeants des pays de l'UE à Salzbourg (Autriche)."Aujourd'hui, il y a davantage d'espoir peut-être, mais il y a sûrement de moins en moins de temps" pour conclure un accord, a estimé le président du Conseil, confirmant vouloir proposer un sommet extraordinaire sur le Brexit "vers la mi-novembre". Concernant la question migratoire, l'autre sujet majeur au programme du sommet de Salzbourg mercredi et jeudi, M. Tusk a une nouvelle fois adjuré les Vingt-Huit de mettre fin au "jeu des reproches" qui les divise."Malgré la rhétorique agressive, les choses vont dans la bonne direction", avec des arrivées clandestines aujourd'hui inférieures à leur niveau d'"avant la crise migratoire" de 2015, a-t-il précisé.