"Les bases d'un accord sont prêtes et, en théorie, demain nous pourrions approuver cet accord avec la Grande-Bretagne", a dit M. Tusk aux journalistes polonais à Bruxelles. "En théorie, d'ici sept à huit heures, tout devrait être clair", a-t-il ajouté.

L'ancien Premier ministre polonais a tenu ces propos au moment où les négociateurs britanniques et européens poursuivaient leurs discussions dans l'espoir d'aboutir à un accord avant le sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles.

"Les négociations sont en cours. J'espérais que nous obtiendrions un texte juridique prêt et négocié même ce matin afin que les États membres puissent en connaître le détail", a déclaré Tusk.

Selon lui, "tout va dans la bonne direction".

Cependant, "avec le Brexit et nos partenaires britanniques, tout est possible", a ajouté M. Tusk, précisant qu'il y avait "beaucoup d'agitation" côté britannique. "Hier soir, j'étais prêt à parier que tout était réglé et prêt. Aujourd'hui, il y a certains doutes du côté britannique", a précisé M. Tusk. "On verra, je suis toujours optimiste", a-t-il ajouté.

"Les bases d'un accord sont prêtes et, en théorie, demain nous pourrions approuver cet accord avec la Grande-Bretagne", a dit M. Tusk aux journalistes polonais à Bruxelles. "En théorie, d'ici sept à huit heures, tout devrait être clair", a-t-il ajouté.L'ancien Premier ministre polonais a tenu ces propos au moment où les négociateurs britanniques et européens poursuivaient leurs discussions dans l'espoir d'aboutir à un accord avant le sommet européen de jeudi et vendredi à Bruxelles."Les négociations sont en cours. J'espérais que nous obtiendrions un texte juridique prêt et négocié même ce matin afin que les États membres puissent en connaître le détail", a déclaré Tusk.Selon lui, "tout va dans la bonne direction".Cependant, "avec le Brexit et nos partenaires britanniques, tout est possible", a ajouté M. Tusk, précisant qu'il y avait "beaucoup d'agitation" côté britannique. "Hier soir, j'étais prêt à parier que tout était réglé et prêt. Aujourd'hui, il y a certains doutes du côté britannique", a précisé M. Tusk. "On verra, je suis toujours optimiste", a-t-il ajouté.