Cette demande avait déjà été formulée par le gouvernement flamand il y a une dizaine de jours. Elle a été endossée par le Comité de concertation, qui s'est réuni ce lundi en fin de journée, trois jours après l'approbation par le gouvernement démissionnaire Michel II de l'avant-projet de loi anticipant les conséquences du Brexit.

Fédéral et entités fédérées demandent en outre que la Commission européenne endosse un rôle permanent de coordination au sein de l'UE dans le cadre des préparatifs à un Brexit sans accord ("no deal"). Il s'agit de veiller à la cohérence et au contrôle des conditions de concurrence équitable entre les 27 États membres.

Comme elle a déjà eu l'occasion de le faire, la Belgique continuera aussi de plaider la mise en place de mécanismes d'ajustement ou d'une compensation pour les économies les plus affectées par le Brexit, comme le seront celles des pays voisins du Royaume-Uni.

Une "coordination interfédérale solide" reste nécessaire concernant les mesures législatives et autres visant à atténuer les impacts négatifs du Brexit, et plus particulièrement en l'absence d'accord, reconnaissent également les différents gouvernements. Ils mandateront pour ce faire les services publics qui relèvent de leur compétence.

Cette demande avait déjà été formulée par le gouvernement flamand il y a une dizaine de jours. Elle a été endossée par le Comité de concertation, qui s'est réuni ce lundi en fin de journée, trois jours après l'approbation par le gouvernement démissionnaire Michel II de l'avant-projet de loi anticipant les conséquences du Brexit. Fédéral et entités fédérées demandent en outre que la Commission européenne endosse un rôle permanent de coordination au sein de l'UE dans le cadre des préparatifs à un Brexit sans accord ("no deal"). Il s'agit de veiller à la cohérence et au contrôle des conditions de concurrence équitable entre les 27 États membres. Comme elle a déjà eu l'occasion de le faire, la Belgique continuera aussi de plaider la mise en place de mécanismes d'ajustement ou d'une compensation pour les économies les plus affectées par le Brexit, comme le seront celles des pays voisins du Royaume-Uni. Une "coordination interfédérale solide" reste nécessaire concernant les mesures législatives et autres visant à atténuer les impacts négatifs du Brexit, et plus particulièrement en l'absence d'accord, reconnaissent également les différents gouvernements. Ils mandateront pour ce faire les services publics qui relèvent de leur compétence.