24 juin 2016, Bruxelles, à l'aube.

Dans le lobby de l'hôtel Thon, au coeur du quartier européen, Syed Kamall a les yeux rivés sur le programme de la BBC. A 5 h 40 (4 h 40 à Londres), la victoire du Leave est confirmée, à 51,9 %. Le député conservateur de Londres et chef du groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR) au Parlement européen commence, un brin crispé, la ronde des interviews. " Les Britanniques ont voté... L'important maintenant est que nous allions de l'avant, que nous nous rassemblions et que nous montrions clairement au peuple britannique et à l'UE que nous avons un plan pour négocier un bon accord ", dit-il. Ses collègues allemands de l'ECR, élus du parti d'extrême droite anti-européen AfD, jubilent et laissent entendre à qui veut bien les écouter que les Britanniques viennent de mettre un coup d'arrêt à l'intégration européenne.
...