L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron était incarcéré depuis une semaine pour ne pas avoir respecté le contrôle judiciaire qui lui interdisait d'entrer en contact avec l'ex-salarié de la République en marche Vincent Crase dans l'enquête sur les violences du 1er mai 2018. M. Crase devait pour sa part quitter la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy (Yvelines) dans la soirée.

Devant une douzaine de journalistes, M. Benalla s'est déclaré "heureux et soulagé" et a remercié son avocate, Jacqueline Laffont, "de s'être battue jusqu'au bout", avant de s'engouffrer dans un taxi.

La cour d'appel de Paris a infirmé mardi la décision prise le 19 février par un juge des libertés et de la détention (JLD) de placer en détention provisoire les deux hommes.

C'est une victoire pour les avocats des deux hommes qui contestaient le bien-fondé de cette incarcération, ordonnée sur la base d'enregistrements clandestins publiés par Mediapart le 31 janvier et dont l'origine reste inconnue.

L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron était incarcéré depuis une semaine pour ne pas avoir respecté le contrôle judiciaire qui lui interdisait d'entrer en contact avec l'ex-salarié de la République en marche Vincent Crase dans l'enquête sur les violences du 1er mai 2018. M. Crase devait pour sa part quitter la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy (Yvelines) dans la soirée.Devant une douzaine de journalistes, M. Benalla s'est déclaré "heureux et soulagé" et a remercié son avocate, Jacqueline Laffont, "de s'être battue jusqu'au bout", avant de s'engouffrer dans un taxi.La cour d'appel de Paris a infirmé mardi la décision prise le 19 février par un juge des libertés et de la détention (JLD) de placer en détention provisoire les deux hommes.C'est une victoire pour les avocats des deux hommes qui contestaient le bien-fondé de cette incarcération, ordonnée sur la base d'enregistrements clandestins publiés par Mediapart le 31 janvier et dont l'origine reste inconnue.