Mardi, Bérenger Moireau, un jeune étudiant français de l'école d'armurerie de Liège, avait été retrouvé blessé d'une balle dans la tête dans le kot qu'il occupait, rue Henri Maus à Liège. Le jeune homme est originaire de la région du Jura. Rémy Coulange, 20 ans, et Franck Carboni, un Corse de 22 ans, ont été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de meurtre, association de malfaiteurs et infractions à la législation des armes et des explosifs. Ces deux inculpés sont également étudiants à l'école d'armurerie et se trouvaient dans le kot lorsque Bérenger Moireau a été atteint. La thèse accidentelle a été évoquée. Ce serait Franck Carboni qui aurait accidentellement fait feu en nettoyant l'arme. La police a découvert dans le kot deux armes interdites ainsi que des produits chimiques pouvant être utilisés dans la fabrication d'explosifs. Aucune piste n'est écartée pour expliquer les faits. L'une d'elle évoque la possible préparation d'un attentat. Outre les armes et les explosifs, les enquêteurs auraient retrouvé dans le kot des pochettes pouvant servir au placement d'explosifs sur des cibles, des cartes recensant les commissariats de police de la région liégeoise ainsi que des notes relatives au système d'alarme de l'Armurerie du Nord, à Liège. Me Steve Van Laenen et Me Marie France Roumans interviendront dans la défense des inculpés lors de leur comparution lundi en chambre du conseil. Par ailleurs, Me Alexandre Wilmotte devrait intervenir pour le propriétaire de l'immeuble dans lequel se sont déroulés les faits. (Belga)

Mardi, Bérenger Moireau, un jeune étudiant français de l'école d'armurerie de Liège, avait été retrouvé blessé d'une balle dans la tête dans le kot qu'il occupait, rue Henri Maus à Liège. Le jeune homme est originaire de la région du Jura. Rémy Coulange, 20 ans, et Franck Carboni, un Corse de 22 ans, ont été placés sous mandat d'arrêt pour tentative de meurtre, association de malfaiteurs et infractions à la législation des armes et des explosifs. Ces deux inculpés sont également étudiants à l'école d'armurerie et se trouvaient dans le kot lorsque Bérenger Moireau a été atteint. La thèse accidentelle a été évoquée. Ce serait Franck Carboni qui aurait accidentellement fait feu en nettoyant l'arme. La police a découvert dans le kot deux armes interdites ainsi que des produits chimiques pouvant être utilisés dans la fabrication d'explosifs. Aucune piste n'est écartée pour expliquer les faits. L'une d'elle évoque la possible préparation d'un attentat. Outre les armes et les explosifs, les enquêteurs auraient retrouvé dans le kot des pochettes pouvant servir au placement d'explosifs sur des cibles, des cartes recensant les commissariats de police de la région liégeoise ainsi que des notes relatives au système d'alarme de l'Armurerie du Nord, à Liège. Me Steve Van Laenen et Me Marie France Roumans interviendront dans la défense des inculpés lors de leur comparution lundi en chambre du conseil. Par ailleurs, Me Alexandre Wilmotte devrait intervenir pour le propriétaire de l'immeuble dans lequel se sont déroulés les faits. (Belga)