Une ville russe décrète l'état d'urgence après l'invasion d'ours polaires agressifs

12/02/19 à 14:54 - Mise à jour à 14:54

Source: Afp

Ils attaquent les gens dans la rue et font intrusion dans les immeubles d'habitation: un archipel arctique russe a décrété samedi l'état d'urgence face à l'"invasion" de dizaines d'ours polaires agressifs, des animaux affectés par le réchauffement climatique et la fonte des glaces.

Une ville russe décrète l'état d'urgence après l'invasion d'ours polaires agressifs

© Instagram

L'archipel de Nouvelle-Zemble (nord-est de la Russie) - dont la population est estimée à environ 3.000 habitants - est confronté à ce phénomène depuis décembre, expliquent les autorités régionales dans un communiqué.

"Je suis sur la Nouvelle-Zemble depuis 1983, mais je n'ai jamais vu une invasion si massive des ours polaires", assure le chef de l'administration de l'archipel, Jigancha Moussine.

Une cinquantaine d'ours polaires rendent régulièrement visite à Belouchia Gouba, le plus grand village de l'archipel où est basée une garnison militaire russe, certains animaux faisant preuve d'un "comportement agressif", lui fait écho son adjoint, Alexandre Minaïev.

"Ils attaquent les gens et pénètrent dans des immeubles d'habitation et de service", précise-t-il. "Entre six et dix ours polaires se trouvent en permanence sur le territoire du village", selon M. Minaïev.

View this post on Instagram

Видели сегодня стаю бродячих собак около дома, и вам это не понравилось? Посмотрите, как живут люди в посёлке Белушья Губа среди белых медведей. ⠀ Белушья Губа — одно из двух селений на Новой Земле, архипелаге в Северном Ледовитом океане. В этой части Архангельской области проживают всего 2500 человек — в основном военные — и ещё множество медведей, 52 из которых постоянно кружат вокруг посёлка. Иногда они ведут себя очень агрессивно, пытаются напасть на людей и даже забираются в подъезды. ⠀ В администрации архипелага рассказывают, что такой наплыв косолапых у них впервые. Люди боятся выходить на улицы и водить детей в школу, а медведи при этом совсем перестали реагировать на свето-шумовые сигналы и попытки их отогнать. Всё усложняется тем, что белые мишки — животные из Красной книги, поэтому Росприроднадзор запрещает их отстреливать. Жителям Губы остаётся ждать специалистов, которые рассчитывают отогнать зверей без оружия. ⠀ Фоточка из самого посёлка. ⠀ П.С. Это не призыв считать стаи бродячих собак нормой. И даже не сравнение. Просто гляньте, как бывает ещё. ⠀ #typicalkrd #белыймедведь #заполярье #сурово #стаи #стаясобак #новаяземля #северныйледовитыйокеан #глубинка #русскаяглубинка #медведибелушьягуба

A post shared by Krasnodar Great Again (@typicalkrd) on

"Les gens sont effrayés, ils ont peur de sortir de la maison (...), les parents ont peur de laisser leurs enfants aller à l'école", a-t-il souligné.

Les ours polaires sont victimes du réchauffement global, et la fonte des glaces dans l'Arctique les force à passer plus de temps à la recherche de nourriture.

Ils sont reconnus comme espèce en danger et la chasse des ours polaires est interdite en Russie.

Pour l'heure, les autorités cherchent à chasser les ours polaires des immeubles d'habitation à l'aide de véhicules de patrouille et de chiens. "Mais ces mesures ne font pas l'effet recherché", constate le communiqué.

Si le recours aux signaux lumineux et sonores n'aide pas à régler le problème, "l'abattage des animaux pourrait être la seule mesure qui s'imposera pour assurer la sécurité" des habitants, avertit-il.

Pour le moment, l'agence fédérale russe chargée de la surveillance de l'environnement refuse d'autoriser l'abattage des "animaux les plus agressifs", précise le communiqué.

Mais elle a décidé d'envoyer sur l'archipel une commission pour faire une évaluation de la situation.

En janvier, le ministère russe de la Défense avait annoncé que plus de 400 anciens bâtiments militaires soviétiques avaient été démolis en 2015-2018 sur la Nouvelle-Zemble puisque des ours polaires "s'y étaient installés".

Nos partenaires