Comprendre notre démarche: 100 notes d'un indispensable espoir dans une année de m...
...

Des fouilles dans le désert de Judée entre 1963 et 1991, notamment sur le site archéologique de Massada, surplombant la mer Morte, et dans les grottes de Qumrân, avaient mis au jour des centaines de graines de dattes vieilles du début de l'ère chrétienne et disparues des cultures depuis des siècles. Sarah Sallon, du centre de recherche en médecine naturelle de Jérusalem, en a sélectionné trente-deux et les a plantées. "Beaucoup étaient percées de trous faits par des insectes ou étaient en morceaux, mais certaines étaient intactes et j'ai choisi les meilleures", explique-t-elle dans Science Advances, qui a publié en février les résultats de ses travaux menés en partenariat avec des centres de recherche français, suisse et émirati.Six de ces graines, baptisées Adam, Jonah, Uriel, Boaz, Judith et Hannah, ont germé et donné naissance à un palmier dattier. Pour certaines, la plantule a poussé son nez hors du terreau en quelques semaines. Pour d'autres, il a fallu patienter presque six mois. Et l'attente sera encore longue avant d'espérer goûter à leurs fruits potentiels.En 2008, la scientifique était parvenue à faire germer une graine de datte vieille de 1900 ans, nommée Methuselah, récupérée à Massada. Dans la revue Science , elle détaillait: "Cela porte à sept le nombre de codes génétiques anciens de dattiers de Judée analysés. Nous avons identifié deux graines femelles et cinq graines mâles. En étudiant leur bagage génétique, nous avons pu remonter à leurs différentes origines géographiques. Les caractéristiques ancestrales du palmier dattier de Judée peuvent éclairer certains aspects de la culture ancienne qui a contribué à la qualité de ses fruits et sont donc potentiellement pertinentes pour l'amélioration agronomique des dattes modernes". Celles de l'époque mesuraient 11 cm de long.