Alors que des millions de personnes sont restées confinées chez elles durant le printemps, la faune a été moins perturbée par les humains, la circulation et la pollution. En Israël, les sangliers s'aventurent plus loin qu'auparavant dans la ville de Haïfa, tandis que les dauphins bravent de plus en plus le Bosphore, le rétrécissement turc qui sert normalement de voie de navigation très fréquentée, rapporte la BBC.
...

Alors que des millions de personnes sont restées confinées chez elles durant le printemps, la faune a été moins perturbée par les humains, la circulation et la pollution. En Israël, les sangliers s'aventurent plus loin qu'auparavant dans la ville de Haïfa, tandis que les dauphins bravent de plus en plus le Bosphore, le rétrécissement turc qui sert normalement de voie de navigation très fréquentée, rapporte la BBC.Selon les scientifiques, l'abeille sauvage est un animal qui pourrait connaître un renouveau bien nécessaire. Les populations d'abeilles diminuent rapidement dans le monde en raison de la perte d'habitat, de la pollution et de l'utilisation de pesticides, entre autres facteurs. "Ces créatures sont essentielles à notre alimentation et à l'aspect de nos paysages", explique Gill Perkins, directrice générale du Bumblebee Conservation Trust. "Elles fournissent un service écosystémique complet".Un monde sans abeilles serait très différent et changerait énormément nos vies. Les abeilles sont les pollinisateurs les plus importants du monde, elles fertilisent un tiers de la nourriture que nous mangeons et 80% des plantes à fleurs. Les abeilles et autres insectes pollinisateurs ont une valeur économique mondiale d'environ 137 milliards d'euros, selon une étude de l'université de Reading.L'un des plus grands impacts environnementaux du confinement a été la réduction significative de la pollution de l'air. Moins de gaz d'échappement des voitures en circulation facilite le butinage des abeilles, car la pollution atmosphérique réduit considérablement la force et la longévité des parfums floraux, selon une étude de 2016.Les polluants décomposent les molécules odorantes émises par les plantes, ce qui rend la détection de la nourriture plus difficile pour les abeilles. Cela signifie qu'elles finissent souvent par voler plus loin pour trouver de la nourriture et la ramener à leur nid. Les concentrations d'ozone de 60 parties par milliard, que l'Agence américaine de protection de l'environnement classe comme "faibles", sont suffisantes pour provoquer des changements chimiques qui désorientent les abeilles et les empêchent de butiner efficacement, selon l'étude.Lorsque la pollution atmosphérique est moindre, les abeilles peuvent faire des "courses" plus courtes et plus rentables, ce qui peut les aider à élever plus de jeunes", explique Mark Brown, professeur d'écologie évolutionniste à Royal Holloway, Université de Londres.Moins de voitures sur les routes signifie aussi d'autres avantages pour les abeilles. Le nombre de décès d'abeilles est susceptible de diminuer, car les trajets en voiture diminuent pendant le confinement, note Mark Brown. Une étude réalisée en 2015 par des chercheurs canadiens a estimé que 24 milliards d'abeilles et de guêpes sont tuées par des véhicules sur les routes d'Amérique du Nord chaque année.Comme les gouvernements resserrent les cordons de leur bourse à cause du coronavirus, beaucoup ont cessé d'entretenir les abords de route qui se sont transformés en habitats luxuriants pour les insectes. "Cette profusion inattendue de fleurs pourrait bien être un autre avantage pour les abeilles, la nourriture inattendue qu'elles fournissent stimulant les populations d'abeilles", déclare Mark Brown.Une mesure simple que de nombreux gouvernements pourraient adopter sur le long terme pour aider les abeilles à trouver de la nourriture. Si le confinement des humains est bénéfique pour les abeilles sauvages, ce n'est pas forcément le cas pour les apiculteurs et les agriculteurs. En effet, la collaboration entre les agriculteurs et les apiculteur qui comptent sur les abeilles domestiques pour polliniser leurs camps, est mise à mal par les restrictions de mouvements. Selon Jeff Pettis, président d'Apimondia, la fédération internationale des apiculteurs, les apiculteurs commerciaux du Canada et de nombreux pays européens dépendent fortement des travailleurs saisonniers et de l'importation de reines d'abeilles du monde entier pour reconstituer leurs colonies. Le Royaume-Uni, par exemple, fait venir d'Italie une grande partie de ses reines des abeilles mellifères. Habituellement, les abeilles sont transportées par avion, mais depuis que les vols sont cloués au sol, elles sont transportées par la route à travers le continent, explique Jeff Pettis. "Si les apiculteurs ne trouvent pas la main-d'oeuvre nécessaire pour produire du miel, les colonies vont être congestionnées", dit-il. Cela signifie que les abeilles se séparent et essaiment plus tôt pour former de nouvelles colonies, ce qui rend la gestion difficile pour les apiculteurs.Cela pourrait avoir de graves répercussions sur les agriculteurs, car on compte souvent sur les ruches itinérantes pour la pollinisation des cultures. Les écologistes et les groupes de conservation ont fait appel au grand public pour les aider à rassembler des données scientifiques pendant cette période. Selon l'écologiste Claire Carvell, qui dirige le programme britannique de surveillance des pollinisateurs, la "science citoyenne" est essentielle pendant que les enquêtes officielles sont suspendues. Tout le monde peut participer au programme en remplissant ce qu'on appelle un comptage chronologique des insectes floraux (Flower-Insect Timed Count, FIT Count).Il s'agit de surveiller une petite parcelle de fleurs dans votre jardin pendant 10 minutes, de compter le nombre d'insectes que vous voyez et de remplir un formulaire en ligne. L'enquête peut être réalisée par toute personne qui a une parcelle de fleurs et quelques minutes à disposition", explique Mme Carvell, qui ajoute que la campagne scientifique citoyenne "crée vraiment un buzz" cette année. En avril dernier, 250 comptages FIT ont été soumis en ligne, soit plus du double du nombre reçu à la même époque l'année dernière. "Les gens apprécient la possibilité de faire quelque chose d'utile", déclare Mme Carvell, ajoutant qu'elle a reçu des données de tout le Royaume-Uni, couvrant une zone beaucoup plus vaste que celle que les scientifiques atteignent habituellement.Ainsi, en plus de donner un répit temporaire aux abeilles sauvages elles-mêmes, les spécialistes des abeilles espèrent qu'une sensibilisation et un engagement accrus envers les abeilles pourraient être une aubaine pour la conservation. Mais, comme pour tous les autres changements environnementaux auxquels nous assistons actuellement, tout bénéfice à long terme pour les abeilles dépendrait de la poursuite de ces changements au fur et à mesure de la levée des mesures. Pour certains, comme le fait de laisser les bordures sauvages, le changement pourrait ne pas être si difficile à maintenir. Pour d'autres, comme le maintien d'un faible volume de trafic, les changements devraient être plus systémiques.Un des changements que M. Perkins prévoit de mettre en oeuvre est la reconnexion des gens avec la nature. "Ils commencent à se rendre compte que leur santé mentale et leur bien-être sont favorisés par la nature, en particulier par les bourdons, qui sont si emblématiques, si beaux et si bourdonnants", dit-elle. "J'espère que cela restera après le confinement".