Plusieurs associations de défense de l'environnement (Greenpeace, WWF, Inter-Environnement) ont dénoncé le blocage par la Belgique d'un projet de déclaration Benelux ambitieux sur le "dialogue de Talanoa", un outil de facilitation censé tirer les objectifs climatiques vers le haut, lancé lors de la conférence mondiale sur le climat de novembre dernier à Bonn.

Une déclaration aurait déjà pu être signée lundi à Bruxelles lors d'un événement prévu de longue date, mais ce rendez-vous n'a pas tenu ses promesses.

"Il y a un accord ministériel pour sortir une déclaration plus élaborée dans les prochaines semaines. Ce texte sera adapté pour contenir une vision à long terme", indiquait mardi le cabinet Marghem, cité dans De Morgen. Si certains pointent du doigt la frilosité de la N-VA sur le dossier climatique, les partis flamands du gouvernement fédéral (N-VA, CD&V et Open Vld) accusent en choeur un retard pris par la ministre avant de soumettre un texte, qu'ils n'ont pas eu le temps d'analyser.

En commission de l'Environnement de la Chambre, Mme Marghem était accompagnée du collaborateur qui a assisté à l'événement de lundi. "La concertation Benelux se poursuit, il faut donner du temps au temps, le verre est à moitié plein", a-t-il commenté.

Le chef de groupe Ecolo-Groen, Jean-Marc Nollet, a martelé que la planète, elle n'avait plus le temps d'attendre. Les différents parlements du pays ont eu déjà approuvé des ambitions précises, a-t-il rappelé.

Plusieurs associations de défense de l'environnement (Greenpeace, WWF, Inter-Environnement) ont dénoncé le blocage par la Belgique d'un projet de déclaration Benelux ambitieux sur le "dialogue de Talanoa", un outil de facilitation censé tirer les objectifs climatiques vers le haut, lancé lors de la conférence mondiale sur le climat de novembre dernier à Bonn. Une déclaration aurait déjà pu être signée lundi à Bruxelles lors d'un événement prévu de longue date, mais ce rendez-vous n'a pas tenu ses promesses. "Il y a un accord ministériel pour sortir une déclaration plus élaborée dans les prochaines semaines. Ce texte sera adapté pour contenir une vision à long terme", indiquait mardi le cabinet Marghem, cité dans De Morgen. Si certains pointent du doigt la frilosité de la N-VA sur le dossier climatique, les partis flamands du gouvernement fédéral (N-VA, CD&V et Open Vld) accusent en choeur un retard pris par la ministre avant de soumettre un texte, qu'ils n'ont pas eu le temps d'analyser. En commission de l'Environnement de la Chambre, Mme Marghem était accompagnée du collaborateur qui a assisté à l'événement de lundi. "La concertation Benelux se poursuit, il faut donner du temps au temps, le verre est à moitié plein", a-t-il commenté. Le chef de groupe Ecolo-Groen, Jean-Marc Nollet, a martelé que la planète, elle n'avait plus le temps d'attendre. Les différents parlements du pays ont eu déjà approuvé des ambitions précises, a-t-il rappelé.