Après avoir parachevé ses études à Londres, une jeune Anglaise, Vera, revient au Kenya gérer le domaine de ses parents décédés accidentellement. Il est situé dans une réserve et regorge de plantes rares aux propriétés médicinales, de quoi susciter la convoitise de grands laboratoires pharmaceutiques. La pression est d'autant plus forte qu'une épidémie virale a commencé ...

Après avoir parachevé ses études à Londres, une jeune Anglaise, Vera, revient au Kenya gérer le domaine de ses parents décédés accidentellement. Il est situé dans une réserve et regorge de plantes rares aux propriétés médicinales, de quoi susciter la convoitise de grands laboratoires pharmaceutiques. La pression est d'autant plus forte qu'une épidémie virale a commencé à s'attaquer à la population locale et qu'un possible remède a été concocté à partir de la végétation de la forêt. Vera, son frère de lait Marius engagé dans le combat politique face à des politiciens perméables à la corruption, le chaman Issaka et l'idéaliste professeur Darnton vont lutter contre la volonté d'un puissant groupe de mettre le grappin sur leur découverte et d'en retirer de juteux profits. A travers son roman Les Voix de la forêt, Brigitte Adès, directrice du bureau britannique de la revue Politique internationale, met en exergue, avec subtilité, les dangers du "brevetage du vivant" et de l'appétit commercial de l'industrie pharmaceutique prête à piller les richesses d'un pays aux dépens de la santé publique. Son livre est surtout une ode à la nature et à la conviction que face aux menaces liées à la destruction de la biodiversité et au dérèglement climatique, le salut du monde ne passera que par le respect de toutes les composantes du vivant. "Les plantes en savent plus que nous, nous devons travailler de concert avec elles et percer leur secret pour espérer survivre aux prochains défis qui se présentent. Il faut accepter d'intégrer un principe fondamental: nous sommes nous-même un pur produit de la symbiose, nos organes coopèrent pour nous maintenir vivants. Pourquoi en serait-il autrement autour de nous et dans nos écosystèmes?", s'interroge Raymond Darnton, le botaniste philosophe.