Si rien n'est fait d'ici 2050 pour endiguer le phénomène du plastique qui envahit nos cours d'eau, nos mers et nos océans, on y trouvera plus de plastiques que de poissons, rappelle Les Echos qui cite une étude de la Fondation Ellen Mc Arthur.
...

Si rien n'est fait d'ici 2050 pour endiguer le phénomène du plastique qui envahit nos cours d'eau, nos mers et nos océans, on y trouvera plus de plastiques que de poissons, rappelle Les Echos qui cite une étude de la Fondation Ellen Mc Arthur.Il faut toutefois tenter de rester positif : "Si nous cessons de jeter du plastique dans la mer aujourd'hui, nous aurons retrouvé un écosystème propre dans cinquante ans", affirme la Fondation Tara Expédition. Face à ce fléau, de nombreux acteurs tentent en effet de trouver des solutions. Voici les pistes les plus plausibles. Le projet MantaLe navigateur suisse Yvan Bourgnon a présenté son projet lors de la Cop22 à Marrakech. Il s'agit d'un quadrimaran "équipé d'un long peigne fonctionnant comme les fanons d'une baleine pour récupérer les micros déchets de plastique qui échappent habituellement aux filtres, dans deux coques centrales de 150 tonnes de contenance". Mais une flotte de plusieurs milliers de bateaux devrait être nécessaire pour nettoyer les océans.Poubelle flottanteUn projet du même genre est testé aux États-Unis dans la ville de Baltimore : une sorte de poubelle flottante alimentée par des panneaux solaires qui ratisse les ports avec un peigne qui fonctionne comme la roue d'un moulin à eau. Près de 500.000 kilos de déchets, dont 9 millions de mégots de cigarettes et 300.000 sacs en plastique, auraient été récupérés grâce à ce procédé depuis 2014, selon le National Geographic. Ocean Cleanup C'est sans doute le projet de nettoyage marin dont on a le plus entendu parler ces dernières années. Certainement parce qu'il est le plus ambitieux. Il s'agit du projet Ocean Cleanup du jeune Néerlandais Boyan Slat. "Composé d'un long tuyau flottant en forme de fer à cheval soutenant un solide écran immergé et lesté d'une ancre flottante, ce dispositif doit récupérer les plastiques en mettant à contribution la force des gyres océaniques, ces tourbillons géants formés par les courants marins", explique Les Echos. Après de nombreux calculs et essais, les ingénieurs qui travaillent sur le projet ont pu faire un test grandeur nature dans la mer du Nord en 2016. La première bouée longue de deux kilomètres est en train d'être assemblée en ce moment même en Californie, d'où elle sera acheminée jusqu'au fameux "continent de plastique". "Si le programme se déroule comme nous l'entendons, nous étendrons la flotte à 60 systèmes en 2020, avant de passer à un niveau global en nous attaquant aux quatre autres vortex de déchets marins", explique encore le jeune entrepreneur.Il estime que si l'on empêche maintenant de nouveaux déchets plastiques de rejoindre les océans, son système sera capable de les nettoyer entièrement d'ici 2050.