Ces travaux sont une nouvelle preuve que les îles de déchets plastiques flottants au milieu des océans, qui suscitent une prise de conscience croissante chez le grand public, proviennent moins des bouteilles et autres articles à usage unique jetés dans la nature et les cours d'eau par les consommateurs, et plus par les industries de la pêche et du transport maritime, qui relâchent en pleine mer des tonnes de plastique.

Les auteurs de l'article paru dans la revue américaine PNAS ont ramassé et comparé des milliers de déchets lors de visites sur la petite île en 1984, en 2009 et 2018. L'île est située sur le gyre de l'Atlantique Sud, c'est-à-dire un tourbillon de courants à l'échelle océanique qui concentre au milieu ce qu'on appelle des "vortex de déchets".

Alors qu'initialement la plupart des bouteilles s'échouant sur l'Île Inaccessible avaient des inscriptions montrant qu'elles venaient d'Amérique du Sud, portées par les courants depuis les côtes à 3.000 kilomètres à l'ouest, en 2018 les trois quarts venaient d'Asie, surtout de Chine.

Beaucoup de ces bouteilles en PET étaient écrasées avec le bouchon revissé comme on le fait sur les bateaux pour économiser l'espace, explique l'auteur principal Peter Ryan, de l'université du Cap en Afrique du Sud. Les dates de fabrication étaient récentes, à 90% dans les deux années précédentes, excluant qu'elles aient voyagé depuis les côtes asiatiques, d'où le voyage prend plutôt trois à cinq ans.

Et comme le nombre de navires de pêche asiatiques est stable depuis les années 1990, tandis que le nombre de navires marchands asiatiques et principalement chinois a beaucoup augmenté dans l'Atlantique, les chercheurs concluent que toutes ces bouteilles viennent de navires marchands, qui s'en sont débarrassées au lieu de les rapporter comme déchets à terre.

"Il n'y a pas d'autre explication: elles viennent de bateaux et non de la terre", dit Peter Ryan à l'AFP. "Une partie de la flotte marchande semble être responsable, et apparemment c'est la flotte asiatique".

- Déchets de pêche -

Il faut donc distinguer deux types de pollution marine.

D'une part, les plages autour des grands centres urbains. Le plastique qu'on y retrouve vient des côtes: bouteilles, sacs et emballages en plastique. Mais ces objets légers coulent facilement et sont moins emportés par les courants.

Plus loin dans les océans, les vortex de déchets contiennent des fragments d'objets d'origine incertaine, ainsi que des articles utilisés par la marine marchande et les navires de pêche: non seulement les bouteilles consommées à bord, mais aussi filets, cordes, bouées, cagettes, casques, flotteurs....

"C'est une cause de pollution mal connue", dit Peter Ryan.

Le grand vortex de déchets du Pacifique est ainsi composé pour moitié de filets de pêche (en masse), estime une équipe qui a publié une étude l'an dernier dans Scientific Reports.

L'océanographe Laurent Lebreton, l'un des auteurs de cette étude-là, dit que le chiffre souvent cité que 80% de la pollution plastique vient de terre ne fait pas la différence entre côtes et haute mer.

Il raconte avoir trouvé dans le Pacifique d'énormes amas de filets créés par les pêcheurs, appelés "dispositifs de concentration de poissons", dans le but d'attirer les poissons.

"Souvent ils ne les récupèrent pas et les perdent. On en a retrouvés de plusieurs tonnes", dit Laurent Lebreton, de l'organisation The Ocean Cleanup, à l'AFP.

"Tout le monde parle de sauver les océans en arrêtant les sacs en plastique, les pailles et les emballages à usage unique. C'est important, mais nous quand on part dans l'océan, ce n'est pas nécessairement ce qu'on trouve", dit le chercheur.