Le conseil des ministres a approuvé vendredi le volet fédéral du PNEC 2021-2030. Ce plan devra permettre à la Belgique de réaliser une réduction de minimum 35% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 et contribuer aussi à l'objectif européen d'un minimum de 32% d'énergie renouvelable à l'horizon 2030. Il prévoit notamment d'établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides en faveur de l'énergie fossile en 2030.

"Mais, d'un autre côté, il n'y a pas de volonté du gouvernement de supprimer le système des voitures de société, qui représente pourtant un subside énorme au secteur des énergies fossiles. Ils ne l'admettent pas et nous le regrettons", critique Joeri Thijs, porte-parole de Greenpeace. L'intention du Fédéral d'investir 35 milliards d'euros dans le transport ferroviaire est un élément positif, pointe le WWF. "Oui, mais s'il faut de l'argent pour investir, il faut aussi développer une nouvelle vision du trafic ferroviaire", nuance Joeri Thijs.

Greenpeace plaide pour un pacte de mobilité inspiré par la Suisse, afin de mieux connecter les infrastructures existantes et de mieux hiérarchiser les modes de déplacement. Le PNEC renvoie par ailleurs à autre plan à conclure avec les Régions afin de mettre en place une fiscalité énergétique environnementale pour les bâtiments. Ceux qui dépendent du fédéral devraient devenir pour moitié neutres sur le plan énergétique. "Pourquoi seulement la moitié?", se demande enfin le porte-parole du WWF.

Le conseil des ministres a approuvé vendredi le volet fédéral du PNEC 2021-2030. Ce plan devra permettre à la Belgique de réaliser une réduction de minimum 35% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 et contribuer aussi à l'objectif européen d'un minimum de 32% d'énergie renouvelable à l'horizon 2030. Il prévoit notamment d'établir un plan en 2021 pour réduire et puis supprimer les subsides en faveur de l'énergie fossile en 2030. "Mais, d'un autre côté, il n'y a pas de volonté du gouvernement de supprimer le système des voitures de société, qui représente pourtant un subside énorme au secteur des énergies fossiles. Ils ne l'admettent pas et nous le regrettons", critique Joeri Thijs, porte-parole de Greenpeace. L'intention du Fédéral d'investir 35 milliards d'euros dans le transport ferroviaire est un élément positif, pointe le WWF. "Oui, mais s'il faut de l'argent pour investir, il faut aussi développer une nouvelle vision du trafic ferroviaire", nuance Joeri Thijs. Greenpeace plaide pour un pacte de mobilité inspiré par la Suisse, afin de mieux connecter les infrastructures existantes et de mieux hiérarchiser les modes de déplacement. Le PNEC renvoie par ailleurs à autre plan à conclure avec les Régions afin de mettre en place une fiscalité énergétique environnementale pour les bâtiments. Ceux qui dépendent du fédéral devraient devenir pour moitié neutres sur le plan énergétique. "Pourquoi seulement la moitié?", se demande enfin le porte-parole du WWF.