Les chiffres ont été divulgués aux patrons des compagnies aériennes lors du sommet de l'Association internationale du transport aérien à Séoul ce week-end.

Ces coûts environnementaux recouvrent les coûts du bruit, des émissions de CO2 et de l'impact sur les changements climatiques des 33 aéroports examinés par l'étude.

"Je dois être honnête avec vous, on pensait que ce chiffre serait vraiment inférieur", explique la commissaire à La Libre Belgique. La commissaire souligne que "le prix payé par ceux qui voyagent en avion couvre à peu près les coûts d'infrastructure, mais pas les coûts environnementaux". "Nous ne pouvons pas continuer à générer des coûts aussi élevés avec l'aviation ni avec aucun autre mode de transport. Nous devons redresser la situation, et rapidement", dit-elle dans Le Soir.

En dévoilant cette étude, la commissaire prépare-t-elle le secteur à une taxe sur le kérosène? "Ce n'est pas à exclure. Cela fait en tout cas partie des outils dont nous disposons pour limiter cet impact environnemental négatif. Mais ce sera à la prochaine Commission de décider", répond Violeta Bulc. L'étude doit être publiée officiellement la semaine prochaine.