Des chercheurs du California Institute of Technology (États-Unis) ont essayé de comprendre les mouvements d'une abeille tombée dans l'eau. Leurs résultats agrémentés de photos ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Science, rapporte le site Sciences et Avenir.
...

Des chercheurs du California Institute of Technology (États-Unis) ont essayé de comprendre les mouvements d'une abeille tombée dans l'eau. Leurs résultats agrémentés de photos ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Science, rapporte le site Sciences et Avenir. Les chercheurs ont reproduit en laboratoire les conditions présentes dans un étang. Ils ont tout simplement utilisé une casserole qu'ils ont remplie d'eau, y ont ensuite placé 33 abeilles européennes (Apis mellifera) collectées dans un parc, les unes après les autres et ont éclairé le récipient de sorte à voir dans le fond les ombres des vagues produites par le battement de leurs ailes. Après quelques minutes de test, tous les insectes étaient ensuite évacués en vie, explique Sciences et Avenir. En les filmant en "slow motion", les chercheurs ont remarqué même si l'eau colle les ailes des abeilles et les empêche de s'envoler, elle leur offre une certaine force de propulsion qui leur permet de nager vers l'avant. L'abeille peut ainsi "surfer" vers un lieu sûr. Elle doit cependant le faire rapidement. Les chercheurs estiment que ces insectes peuvent nager pendant environ dix minutes seulement avant d'être épuisés. "Les jours de grande chaleur, les ruches ont besoin d'eau pour se refroidir, explique Chris Roh, l'un des chercheurs à l'origine de cette étude. Donc, quand les températures augmentent, les ouvrières sont envoyées pour collecter de l'eau plutôt que du pollen". Elles cherchent alors une source pour en "avaler" mais parfois elles tombent dedans. Leur talent de nageuses leur est donc salvateur.