Par conséquent, le réchauffement de la planète est plus rapide qu'anticipé dans les simulations étant donné le rôle crucial joué par les massifs forestiers, considérés comme des puits de carbone, ont prévenu les chercheurs dans cette étude parue jeudi dans la revue américaine Science.

Les forêts et autres plantes captent d'énormes quantités de CO2 libérées dans l'atmosphère notamment par la combustion de charbon et d'hydrocarbures. Ce composant-clé de la photosynthèse est ensuite stocké par les végétaux, qui jouent ainsi un rôle important pour limiter la hausse de la température terrestre induite par les activités humaines.

Mais les végétaux mettent en moyenne deux à quatre ans pour retrouver un taux normal de croissance après la fin d'une sécheresse. Avant cette étude, la durée de récupération était inconnue pour la vaste majorité des espèces d'arbres.

Par conséquent, le réchauffement de la planète est plus rapide qu'anticipé dans les simulations étant donné le rôle crucial joué par les massifs forestiers, considérés comme des puits de carbone, ont prévenu les chercheurs dans cette étude parue jeudi dans la revue américaine Science.Les forêts et autres plantes captent d'énormes quantités de CO2 libérées dans l'atmosphère notamment par la combustion de charbon et d'hydrocarbures. Ce composant-clé de la photosynthèse est ensuite stocké par les végétaux, qui jouent ainsi un rôle important pour limiter la hausse de la température terrestre induite par les activités humaines.Mais les végétaux mettent en moyenne deux à quatre ans pour retrouver un taux normal de croissance après la fin d'une sécheresse. Avant cette étude, la durée de récupération était inconnue pour la vaste majorité des espèces d'arbres.