Une équipe de chercheurs s'est penchée sur quelque 100.000 études publiées entre 1951 et 2018 et faisant état des effets du réchauffement climatique et les a passées au crible, aidée par des systèmes informatiques.

"Nous avons des preuves accablantes que le changement climatique affecte tous les continents, tous les systèmes", a indiqué à l'AFP l'auteur de l'étude, Max Callaghan.

Max Callaghan et les chercheurs de l'Institut de recherche Mercator, basé à Berlin, ont dressé une carte du globe et cartographié les impacts du changement climatique.

Il en ressort que 80% de la Terre, qui abrite 85% de la population mondiale, est concerné par des études prédisant des modifications de température et de précipitations liées au réchauffement.

Les études documentent de façon disproportionnée les impacts dans les pays riches, tandis qu'ils sont moins documentés dans les pays pauvres, souligne Max Callaghan.

Des tendances dans les précipitations et les évolutions de températures en Afrique pourraient être liées au changement climatique, "mais nous n'avons pas beaucoup d'étude documentant les conséquences de ces tendances", explique-t-il, y voyant un "angle mort dans nos connaissances sur les impacts".

La recherche sur le changement climatique a augmenté de façon exponentielle ces dernières années, avec environ 1.500 études publiées entre 1951 et 1990, pour 75.000 à 85.000 au cours des cinq dernières années.

Une équipe de chercheurs s'est penchée sur quelque 100.000 études publiées entre 1951 et 2018 et faisant état des effets du réchauffement climatique et les a passées au crible, aidée par des systèmes informatiques. "Nous avons des preuves accablantes que le changement climatique affecte tous les continents, tous les systèmes", a indiqué à l'AFP l'auteur de l'étude, Max Callaghan. Max Callaghan et les chercheurs de l'Institut de recherche Mercator, basé à Berlin, ont dressé une carte du globe et cartographié les impacts du changement climatique. Il en ressort que 80% de la Terre, qui abrite 85% de la population mondiale, est concerné par des études prédisant des modifications de température et de précipitations liées au réchauffement. Les études documentent de façon disproportionnée les impacts dans les pays riches, tandis qu'ils sont moins documentés dans les pays pauvres, souligne Max Callaghan. Des tendances dans les précipitations et les évolutions de températures en Afrique pourraient être liées au changement climatique, "mais nous n'avons pas beaucoup d'étude documentant les conséquences de ces tendances", explique-t-il, y voyant un "angle mort dans nos connaissances sur les impacts". La recherche sur le changement climatique a augmenté de façon exponentielle ces dernières années, avec environ 1.500 études publiées entre 1951 et 1990, pour 75.000 à 85.000 au cours des cinq dernières années.