Les organisateurs espèrent recueillir un million de signatures provenant d'au moins sept Etats membres, deux conditions à remplir pour saisir la Commission dans le cadre d'une "initiative citoyenne" pour qu'elle propose un texte sur la préservation des sols.

"Aujourd'hui, il existe des directives pour protéger l'eau et l'air, deux milieux essentiels à l'humain mais(...) les sols ne sont toujours pas protégés", relève Solène Demonet, de France Nature Environnement (FNE), l'une des 31 ONG françaises impliquées dans cette inititiave lancée jeudi au Salon international du Goût "Terra Madre" organisé par l'ONG Slow Food à Turin.

"Il faut revoir nos villes, stopper l'artificialisation des sols, +revégétaliser+ les villes, changer nos pratiques agricoles", souligne-t-elle.

"Pourvoyeurs de sécurité alimentaire, de préservation de la biodiversité et de régulation du changement climatique, les sols constituent l'une des ressources les plus stratégiques de l'Europe. Il est temps d'en assurer la protection sur notre continent", résume le texte de l'initiative déposé auprès de la Commission.

Les signatures pourront être recueillies jusqu'au 12 septembre 2017 sur les sites de People4Soil et des organisations membres du réseau.

Si les conditions d'une initiative citoyenne sont réunies, la Commission aura trois mois pour réagir. Elle pourra décider de faire droit à la demande ou non, mais dans les deux cas, elle devra motiver sa décision.

Les organisateurs espèrent recueillir un million de signatures provenant d'au moins sept Etats membres, deux conditions à remplir pour saisir la Commission dans le cadre d'une "initiative citoyenne" pour qu'elle propose un texte sur la préservation des sols."Aujourd'hui, il existe des directives pour protéger l'eau et l'air, deux milieux essentiels à l'humain mais(...) les sols ne sont toujours pas protégés", relève Solène Demonet, de France Nature Environnement (FNE), l'une des 31 ONG françaises impliquées dans cette inititiave lancée jeudi au Salon international du Goût "Terra Madre" organisé par l'ONG Slow Food à Turin."Il faut revoir nos villes, stopper l'artificialisation des sols, +revégétaliser+ les villes, changer nos pratiques agricoles", souligne-t-elle."Pourvoyeurs de sécurité alimentaire, de préservation de la biodiversité et de régulation du changement climatique, les sols constituent l'une des ressources les plus stratégiques de l'Europe. Il est temps d'en assurer la protection sur notre continent", résume le texte de l'initiative déposé auprès de la Commission.Les signatures pourront être recueillies jusqu'au 12 septembre 2017 sur les sites de People4Soil et des organisations membres du réseau.Si les conditions d'une initiative citoyenne sont réunies, la Commission aura trois mois pour réagir. Elle pourra décider de faire droit à la demande ou non, mais dans les deux cas, elle devra motiver sa décision.