Les forêts et étendues boisées du globe s'amenuisent au fil du temps. Ayant résisté de nombreuses années aux conséquences de l'activité humaine, elles pourraient bientôt atteindre un point critique, prévient une étude publiée dans le revue Science Advances et relayée par le Forum Economique Mondial (WEF).
...

Les forêts et étendues boisées du globe s'amenuisent au fil du temps. Ayant résisté de nombreuses années aux conséquences de l'activité humaine, elles pourraient bientôt atteindre un point critique, prévient une étude publiée dans le revue Science Advances et relayée par le Forum Economique Mondial (WEF).Les scientifiques se sont penchés plus précisément sur le "point de basculement", celui à partir duquel il ne sera plus possible de revenir en arrière et où l'écosystème serait à jamais bouleversé. Pour la forêt amazonienne par exemple, ils ont établi cette "limite" à 20% de sa propagation initiale. Or, au cours des 50 dernières années, la déforestation a grignoté 17% de la végétation amazonienne. "Si le climat change - à cause de la déforestation ou du changement climatique - plus de 50% de la forêt amazonienne risque de devenir une savane dégradée", explique Carlos Nobre, un des meneurs de l'étude, à Euronews. En effet, la déforestation provoquée par l'activité humaine n'est pas la seule menace pour les forêts et leurs écosystèmes. Le changement climatique et l'utilisation du feu jouent également un rôle majeur dans cette région. A quoi s'ajoute la dégradation du cycle de l'eau, qui, en plus d'avoir des conséquences sur la biodiversité, impacterait sévèrement la population d'Amérique du Sud, s'inquiète le WEF. Cependant, le point de non-retour n'a pas encore été franchi et une intervention efficace pourrait éviter à cette forêt une catastrophe quasi imminente. Même si, vu la destruction qui a déjà eu lieu et sa rapidité, mettre un terme à ce processus ne sera pas une mince affaire.