Le pays a connu des températures extrêmement élevées ces dernières semaines. Lundi, la capitale, Delhi, a connu sa plus haute température jamais enregistrée en juin, avec 48 °C. Au Rajasthan, la ville de Churu a récemment atteint les 50,8 °C, ce qui en a fait le lieu le plus chaud de la planète à ce moment-là.

Plus au sud, à moins de 250 km de la capitale commerciale du pays, Bombay, les villages se vident de leurs habitants. Selon des estimations, près de 90% de la population de la région aurait fui, laissant les malades et les personnes âgées se débrouiller seuls face à une crise de l'eau qui ne montre aucun signe de ralentissement.

Le village de Hatkarwadi, situé à une trentaine de kilomètres de Beed dans l'État du Maharashtra, est presque complètement désert.

Les puits et les pompes manuelles sont à sec à cause d'une vague de chaleur de 45 °C. La sécheresse, qui selon les responsables est pire que la famine de 1972 (qui a touché 25 millions de personnes dans l'État), a débuté au mois de décembre. À la fin du mois de mai, Hatkarwadi était déserte et il ne restait que 10 à 15 familles sur une population de plus de 2 000.

Avec 80% des districts du Karnataka voisin et 72% du Maharashtra touchés par la sécheresse et les mauvaises récoltes, les 8 millions d'agriculteurs de ces deux États luttent pour leur survie, rapporte le Guardian. Chaque jour, plus de 6 000 camions-citernes fournissent de l'eau aux villages et aux hameaux du Maharashtra, alors qu'un conflit éclate entre les deux États au sujet des ressources en eau communes.

© Getty

La grave pénurie d'eau a dévasté les moyens de subsistance des villageois, essentiellement basés sur l'agriculture. Les cultures se sont fanées et sont mortes, laissant le bétail affamé et avec très peu d'eau à boire. Les principales cultures, notamment le maïs, le soja, le coton, les légumineuses et l'arachide - moteurs de l'économie locale - en ont souffert.

Partout dans le monde, les conditions météorologiques plus favorables à El Niño et la dégradation continue du climat entraînent des sécheresses plus sévères et plus fréquentes. L'Inde, déjà sèche, est particulièrement touchée.

Les scientifiques prédisent qu'à mesure que les températures augmenteront parallèlement au réchauffement climatique et à la croissance démographique, la région connaîtra de plus en plus de pénuries d'eau et devra trouver des solutions astucieuses pour assurer à tous des ressources suffisantes en eau.

© Reuters

À Marathwada, selon de nombreuses estimations, la région indienne la plus touchée par la chaleur, des sécheresses de plus en plus fréquentes ont provoqué plus de 4 700 suicides d'agriculteurs au cours des cinq dernières années, dont 947 l'année dernière. Cette crise s'est aggravée. Dans la ville de Beed, il n'y a plus d'eau potable et les ménages n'ont pas assez d'eau pour laver leurs vêtements, faire la vaisselle ou tirer la chasse d'eau. Les hôpitaux se remplissent de personnes souffrant de déshydratation et de troubles gastro-intestinaux liés à la consommation d'eau contaminée.

Les résidents qui en ont les moyens paient des camions-citernes privés et doivent dépenser l'équivalent de 3,5 euros pour 1 000 litres d'eau. En conséquence, beaucoup finissent par être hospitalisés - même les vaches refusent de boire le liquide boueux et salé qui a été dragué au fond des barrages et des lacs épuisés de la région.

"Au cours des derniers mois, le nombre de patients souffrant de diarrhée, de gastrites, etc., a augmenté de 50%", a déclaré Sandeep Deshmukh, médecin à l'hôpital Beed Civil.

Il a imputé la contamination à la hausse des maladies d'origine hydrique. "Nous avons appelé la population à faire bouillir de l'eau potable", a déclaré Deshmukh.

© Reuters

Pour la plupart des 2,2 millions d'habitants que compte le district, dont 240 000 vivent à Beed même, leur journée commence par la recherche d'eau auprès des puits de forage. D'autres doivent demander de l'eau à leurs voisins.

Usha Jadhav, qui vit dans la ville voisine de Shivajinagar, a déclaré que sa famille n'utilisait plus les toilettes, car elles étaient devenues un luxe inabordable et que les femmes attendaient que l'obscurité de la nuit pour déféquer à l'air libre. "Nous ne pouvons pas utiliser 5 à 10 litres d'eau pour le rinçage, car nous devons acheter l'eau", a-t-elle déclaré.

À la fin du mois de mai, 43% de l'Inde subissait la sécheresse, la raison principale en étant le faible taux des pluies de mousson. Le pays connaît une sécheresse généralisée chaque année depuis 2015, à l'exception de 2017.

Environ 20 000 villages de l'État du Maharashtra sont aux prises avec une grave crise de l'eau potable, qui ne dispose plus d'eau dans 35 grands barrages. Dans 1 000 petits barrages, les niveaux d'eau sont inférieurs à 8%. Les rivières qui alimentent les barrages ont été transformées en terre stérile et fissurée.

Les eaux souterraines, qui représentent 40% des besoins en eau de l'Inde, s'épuisent à un rythme insoutenable, a déclaré Niti Aayog, un groupe de réflexion gouvernemental, dans un rapport publié en 2018. Vingt-et-une villes indiennes - dont Delhi, Bengaluru, Chennai et Hyderabad - devraient manquer d'eaux souterraines d'ici 2020 et 40% de la population indienne n'aura pas accès à l'eau potable d'ici 2030, indique le rapport.

La mousson du sud-ouest de cette année, responsable de 80% des précipitations dans le pays, devrait être retardée et inférieure à la normale, ce qui signifie qu'il n'y a pas de répit pour le Maharashtra, un État assoiffé.