Depuis le 5 avril dernier, ce jeune Nantais s'est lancé sur les routes enneigées de Norvège, point de départ de sa longue épopée. Pendant six mois, Kevin Plessis compte traverser dix pays européens pour un parcours total de 6000 km. Son objectif : atteindre la ville de Tarifa en Espagne, tout en ramassant un maximum de déchets qu'il croisera sur son passage. Une aventure qui va lui permettre de voyager tout en sensibilisant le public à la protection de l'environnement : "Mon projet était de traverser l'Europe avant tout, puis je me suis dit que je pourrais ajouter une cause à tout cela", a confié le jeune homme au site l'Info durable.

Ce n'est pas la première fois que le jeune homme se lance un défi. Déjà en 2017, il avait fait le tour de la Bretagne et parcouru 2220 km en 58 jours. Cette fois-ci, son expédition, intitulée "Euro Zero", se fera dans des conditions un peu plus éprouvantes puisqu'il a choisi de partir en solitaire, sans assistance, en totale autonomie. Il devra également affronter différentes conditions météo : en Norvège, les températures peuvent descendre jusqu'à -20°C alors qu'en Espagne, elles seront parfois proches des 40°C.

Kevin Plessis
© Kevin Plessis

40kg pour le voyage

Outre son sac à dos de 14kg, le Français transportera un chariot de randonnée avoisinant les 30kg. À cela s'ajoutent également tous les déchets qu'il ramassera sur la route, mais "qu'il jettera au fur et à mesure", précise-t-il. Il prévoit de marcher une quarantaine de kilomètres chaque jour en transportant cette charge. Afin de se préparer au mieux, Kevin Plessis s'est entraîné tous les jours pendant un mois avant son départ : ""Cette expédition ne demande que de la marche contrairement à la première en Bretagne, qui nécessitait de la nage, de l'escalade, un peu de course et de la marche", rappelle-t-il lors d'une interview sur 8 Mont-Blanc.

Côté matériel, le jeune homme a notamment prévu un poncho transformable en tente pour camper à la belle étoile, des gourdes, des bâtons de marche, des bottines, des gants, une trousse de secours et même des raquettes pour marcher dans la neige. Côté nourriture, l'explorateur utilisera durant les deux premiers mois des repas lyophilisés. "Pour les mois suivants, je me débrouillerai, il pourrait m'arriver de chasser", explique-t-il.

View this post on Instagram

Europe, i'm coming !

A post shared by Kevin Plessis (@kevinplessis_aventurier) on

Un message, pas une obligation

Chaque jour, ses déchets seront pesés et collectés pour dresser un bilan final. "A priori je devrais pouvoir stocker pas mal de déchets", a précisé Kevin à L'info durable. "Mais si je tombe sur un canapé, par exemple, je pense que je le géolocaliserai et j'enverrai les informations à des associations locales pour qu'elles s'en chargent". L'aventurier envisage également de sensibiliser les consciences aux problèmes des déchets au fil de ses rencontres, en partageant avec eux des solutions pour éviter le gaspillage.

"Je ne veux pas transformer les gens en spécialiste de l'écologie, mais jeter un déchet par terre n'est plus permis et ce sera le message de mon combat chaque jour où je marcherai", a-t-il écrit sur Facebook. "Si chaque jour, une personne qui jette prend conscience de son geste et supprime cette mauvaise habitude, alors ce sera une petite victoire pour la planète, et notre monde a besoin de petites victoires pour gagner de grands combats !"

Je ramasse une canette en pleine montagne à 1185 mètres d'altitude !!! 👿👿👿 Je suis à la fois content parce que je...

Geplaatst door Kevin Plessis - Aventurier op Maandag 15 oktober 2018

Suivre ses aventures

Avec la Norvège comme point de départ et l'Espagne comme ligne d'arrivée, Kevin Plessis prévoit de passer par la Finlande, la Suède, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et la France. Vous pouvez suivre cette épopée sur les pages Instragram (kevinplessis_aventurier) et Facebook (@kevinplessisaventurier) de Kevin Plessis. L'aventurier a également créé une carte avec un suivi GPS pour savoir en temps réel où il se situe.

La flèche bleue montre où se situe Kevin Plessis., Kevin Plessis
La flèche bleue montre où se situe Kevin Plessis. © Kevin Plessis
Depuis le 5 avril dernier, ce jeune Nantais s'est lancé sur les routes enneigées de Norvège, point de départ de sa longue épopée. Pendant six mois, Kevin Plessis compte traverser dix pays européens pour un parcours total de 6000 km. Son objectif : atteindre la ville de Tarifa en Espagne, tout en ramassant un maximum de déchets qu'il croisera sur son passage. Une aventure qui va lui permettre de voyager tout en sensibilisant le public à la protection de l'environnement : "Mon projet était de traverser l'Europe avant tout, puis je me suis dit que je pourrais ajouter une cause à tout cela", a confié le jeune homme au site l'Info durable.Ce n'est pas la première fois que le jeune homme se lance un défi. Déjà en 2017, il avait fait le tour de la Bretagne et parcouru 2220 km en 58 jours. Cette fois-ci, son expédition, intitulée "Euro Zero", se fera dans des conditions un peu plus éprouvantes puisqu'il a choisi de partir en solitaire, sans assistance, en totale autonomie. Il devra également affronter différentes conditions météo : en Norvège, les températures peuvent descendre jusqu'à -20°C alors qu'en Espagne, elles seront parfois proches des 40°C.Outre son sac à dos de 14kg, le Français transportera un chariot de randonnée avoisinant les 30kg. À cela s'ajoutent également tous les déchets qu'il ramassera sur la route, mais "qu'il jettera au fur et à mesure", précise-t-il. Il prévoit de marcher une quarantaine de kilomètres chaque jour en transportant cette charge. Afin de se préparer au mieux, Kevin Plessis s'est entraîné tous les jours pendant un mois avant son départ : ""Cette expédition ne demande que de la marche contrairement à la première en Bretagne, qui nécessitait de la nage, de l'escalade, un peu de course et de la marche", rappelle-t-il lors d'une interview sur 8 Mont-Blanc.Côté matériel, le jeune homme a notamment prévu un poncho transformable en tente pour camper à la belle étoile, des gourdes, des bâtons de marche, des bottines, des gants, une trousse de secours et même des raquettes pour marcher dans la neige. Côté nourriture, l'explorateur utilisera durant les deux premiers mois des repas lyophilisés. "Pour les mois suivants, je me débrouillerai, il pourrait m'arriver de chasser", explique-t-il.Chaque jour, ses déchets seront pesés et collectés pour dresser un bilan final. "A priori je devrais pouvoir stocker pas mal de déchets", a précisé Kevin à L'info durable. "Mais si je tombe sur un canapé, par exemple, je pense que je le géolocaliserai et j'enverrai les informations à des associations locales pour qu'elles s'en chargent". L'aventurier envisage également de sensibiliser les consciences aux problèmes des déchets au fil de ses rencontres, en partageant avec eux des solutions pour éviter le gaspillage."Je ne veux pas transformer les gens en spécialiste de l'écologie, mais jeter un déchet par terre n'est plus permis et ce sera le message de mon combat chaque jour où je marcherai", a-t-il écrit sur Facebook. "Si chaque jour, une personne qui jette prend conscience de son geste et supprime cette mauvaise habitude, alors ce sera une petite victoire pour la planète, et notre monde a besoin de petites victoires pour gagner de grands combats !"Avec la Norvège comme point de départ et l'Espagne comme ligne d'arrivée, Kevin Plessis prévoit de passer par la Finlande, la Suède, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et la France. Vous pouvez suivre cette épopée sur les pages Instragram (kevinplessis_aventurier) et Facebook (@kevinplessisaventurier) de Kevin Plessis. L'aventurier a également créé une carte avec un suivi GPS pour savoir en temps réel où il se situe.